Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/09/2012

Traité européen : les 5 mensonges d’Ayrault

Afin de faire croire à une renégociation qui n’a jamais eu lieu, Jean-Marc Ayrault multiplie depuis la rentrée les mensonges au sujet du Traité budgétaire européen TSCG. Car c’est bien le texte signé le 2 mars 2012 par Nicolas Sarkozy qui va être soumis au vote de l’Assemblée nationale début octobre et du Sénat fin octobre.

1/ Mensonge sur la renégociation du traité

Ayrault, le 26 août à l’université d’été PS de la Rochelle : « Les lignes ont profondément bougé. Les choses ont bougé parce que François Hollande a été élu président. »
=> Pas une ligne, ni une virgule du Traité TSCG n’a bougé depuis son adoption au sommet européen du 30 janvier 2012 puis sa signature par Sarkozy le 2 mars.

2/ Mensonge sur la taxe sur les transactions financières

Ayrault, le 26 août à l’université d’été PS de la Rochelle : « Nous avons obtenu la taxe sur les transactions financières grâce au vote du peuple français »
=> La taxe a été décidée en février 2012 sous l’impulsion de Merkel et Sarkozy, avec l’Italie, la Belgique, l’Autriche, l’Espagne, la Finlande, la Grèce et le Portugal. Elle a d’ailleurs été votée au Parlement européen le 23 mai 2012 bien avant le sommet européen de juin où François Hollande prétend l’avoir arrachée.
=> La taxe ne s’attaque pas à la spéculation puisqu’un taux réduit est prévu pour les produits dérivés, qui sont le principal instrument des spéculateurs.

Lire la suite

10:05 Publié dans EUROPE, PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

23/07/2012

Mais qu’attend le gouvernement pour se bouger !

François Hollande n’avait certes pas pris beaucoup d’engagements lors de sa campagne électorale mais s’était vanté d’avoir préparé la première année de mandat.

Or, à part quelques décrets ou circulaires à juste titre abrogées, fleurissent surtout des groupes de travail, des commissions et autres formules diverses visant à remettre à demain toute décision. Nous assistons à une session parlementaire avec très peu de textes mis à l’ordre du jour (et celui contre le harcèlement sexuel ne doit son existence qu’à la décision du conseil constitutionnel d’abroger la loi en vigueur).

Lire la suite

07:27 Publié dans Martine Billard, PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18/02/2012

Traduction de l'interview donnée par F. Hollande au Guardian le 13/02/2012

Le candidat en tête de l’élection présidentielle française a déclaré qu’il voulait le retour du RU au cœur de l’Europe et que le secteur de la finance ne devait pas craindre de nouvelles réglementations.

« Nous avons besoin que la Grande Bretagne se sent partie prenante de l’Europe, a dit FH aux représentants de la presse dans la perspective d’une visite de premier rang à Londres la semaine prochaine. Mais il a ajouté que la France n’aurait jamais pu accepter la tentative de David Cameron de faire de la City de Londres, dans le cadre d’un nouveau traité européen, un « sanctuaire » à l’écart de la régulation financière.

Hollande a écarté les craintes exprimées à Londres par la droite selon lesquelles il serait dangereux pour la City. Il a dit qu’il n’était pas du genre « agressif », et qu’on ne le considérait pas en France comme un homme très à gauche, quant à son intention de réguler la finance elle s’apparentait aux notes à la clé de Barack Obama lors de son discours devant le Congrès. « On peut dire qu’Obama et moi avons les mêmes conseillers ». Il a dit que son attitude vis-à-vis des futures mesures de régulation dans le secteur financier était en ligne avec « l’opinion publique » en Europe et similaire à celle des autres prétendants à l’élection présidentielle, y compris le candidat de droite Nicolas Sarkozy.

Lire la suite

08:01 Publié dans PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

14/02/2012

Hollande rassure la City pas la gauche

FHollande.jpg

On aimerait pouvoir concentrer nos critiques sur l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy, mais décidément François Hollande fait fort.

Lire la suite

20:44 Publié dans PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

13/02/2012

François Hollande : indignités de gauche

hollande1.jpg

François Hollande a pris deux positions aujourd'hui à l'occasion de son passage sur Canal + dans "Dimanche +".

D'abord, il justifie les terribles plans d'austérité adoptés par le Parlement grec dont le dernier qui prévoit une baisse du SMIC ! en effet, il regrette que le gouvernement n'ait pas fait "plus fort, plus vite".

Lire la suite

07:23 Publié dans PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15/12/2011

François Hollande, un pas en avant, trois pas en arrière

FHollande.jpg

C'est presque en douce que Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer une grave reculade de François Hollande. Le candidat PS promettait il y a quelques jours de « renégocier » le nouveau traité européen préparé par Sarkozy et Merkel. Or son conseiller spécial révèle au milieu d'un entretien donné au Monde.fr qu'il s'agit juste d'ajouter des mesures de régulation et de relance à ce carcan d'austérité qui ne serait pas remis en cause.

Lire la suite

20:37 Publié dans COMMUNIQUE, PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

10/10/2011

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon - primaires PS

jlm.jpg

Je félicite le Parti Socialiste pour ce beau résultat de la mobilisation de ses militants et ses élus depuis plusieurs mois. Sur les dix-sept millions d’électeurs de gauche du deuxième tour de 2007 il est parvenu à en rassembler plus d’un million et demi pour choisir son candidat.

Lire la suite

06:17 Publié dans COMMUNIQUE DE PRESSE, PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

23/09/2010

Au secours, ils veulent ressusciter la gauche plurielle!

benoit-hamon-manoeuvre.jpg

Extrait du blog de François Delapierre, délégué général du Parti de Gauche

 

Une pitoyable manœuvre m'amène à mon clavier. Elle est signée Benoît Hamon, que sa position particulière au PS désignerait pour cette tâche si son goût pour la combine n'y suffisait pas. Hier, lors de son point de presse hebdomadaire, muni de sa casquette de porte-parole du PS, il commentait la réunion qu'il avait organisée la veille dans les Landes sous la casquette cette fois de responsable d'un courant minoritaire de gauche de ce parti (vous ne suivez plus ? c'est fait pour : « je suis oiseau: voyez mes ailes ... - je suis souris, vivent les rats ! »). Selon la dépêche AFP, il s'est réjoui que le week-end ait permis de progresser vers des « solutions en commun ». Propos excessifs, mal interprétés par les journalistes ? Je n'y étais pas. Donc je me suis posé -un instant- la question. J'ai doncécouté grâce à Internet ce qu'il a dit sur le sujet dans la foulée sur Europe 1. Et le voilà qui claironne : « Le dialogue programmatique commence », citant à l'appui de cette thèse l'appel de Cécile Duflot à un contrat de gouvernement et prétendant que cette « envie » avait été « relayée »par Pierre Laurent. « Dès maintenant nous allons commencer à discuter (...). Dès lors que les dirigeants de gauche disent publiquement vouloir passer des déclarations d'intention à la volonté de rédiger ensemble un programme commun, nous sommes dans une situation que nous n'avons pas connue depuis très très longtemps, et qui est à mon avis une fenêtre de tir particulièrement vertueuse ». Oui, vous avez bien lu, Hamon cherche à faire croire que l'écriture d'un programme commun est engagée entre le PS, les Verts et le PCF.

 

Lire la suite

21:23 Publié dans PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17/12/2008

Les dérives au PS

L'ancien président de SOS-Racisme Malek Boutih prêt à rejoindre l'équipe Sarkozy
Il avait déjà été approché par le chef de l'État en juin 2007.

Le titre et la fonction restent à préciser.
Sauf revirement de dernière minute, l'ancien président de SOS-Racisme devrait devenir, à l'occasion d'un prochain remaniement, le nouveau visage de l'«ouverture».
Au service d'une cause elle aussi marquée du sceau sarkozyste : la «diversité».
Malek Boutih aurait droit à une place à part dans l'organigramme gouvernemental.

Il ne serait pas ministre ni secrétaire d'État, mais délégué interministériel chargé d'une mission, ce qui lui donnerait une plus grande liberté de parole au sein de la majorité.

Il pourrait ainsi continuer à se revendiquer de gauche, même si ses anciens camarades socialistes criaient à la trahison.

11:51 Publié dans PARTI SOCIALISTE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sos racisme, malek boutih, sarkozy, ps | | | |