Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2010

Déclaration du PG sur les exécutifs Régionaux

4176235_8647139956_m.jpg

Les Conseillers régionaux du Parti de Gauche élus le 21 mars ne participeront pas aux exécutifs régionaux. Dans le Limousin et le Nord Pas de Calais, les élus du PCF ont pris une décision identique. Nous respectons ainsi le texte du 28 octobre qui a constitué la base du protocole national d’accord des listes « Ensemble pour des régions à gauche » et/ou Front de Gauche.

Dans ce texte, les partis signataires de cet accord disaient leur « volonté de porter des projets de transformation sociale réelle dans les régions. Si les conditions en sont créées nous pourrons travailler à leur mise en œuvre jusque dans les exécutifs régionaux car la gestion des régions s’envisage comme un moyen d’atteindre nos objectifs. Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible. Il s'agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer. Cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d’une quelconque organisation de droite. » (lire la suite…)

02:23 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Déclaration du Secrétariat National du PG suite aux élections régionales

4176235_8647139956_m.jpg

Le résultat des régionales vient d'effacer politiquement la victoire de Sarkozy en 2007. Trois ans après son large succès à la présidentielle, la droite enregistre une déroute électorale (35% des voix) qui est sans précédent depuis 1958. Elle est décimée. D'abord par l'abstention qui fait un retour en force puisqu'elle n'avait jamais été aussi élevée lors d'une élection régionale. Ensuite par le glissement d'une partie de son électorat qui retourne à l'extrême droite. Le Front National, qui a profité du débat sur l'identité nationale et plus largement des déclarations répétées de dirigeants de l'UMP flirtant avec le racisme et la xénophobie, dépasse 11% des voix au premier tour, et 17% au second là où il a pu se maintenir. Dorénavant, la droite des beaux quartiers contribue aussi à cette poussée. Symbole de cette déroute, la droite est battue par la gauche dans son fief des Hauts-de-Seine pour la première fois depuis la création de ce département. Et l'UMP est devancée par le FN dans le Pas-de-Calais. (Lire la suite…)

02:17 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

22/03/2010

Communiqué de René Revol

haut affiche.jpg

Après le deuxième tour des élections régionales


Communiqué de René REVOL, tête de liste de la liste « A gauche Maintenant !»
22 mars 2010


Les électeurs ont confirmé à l’échelle nationale leur vote du 14 mars en infligeant une lourde défaite à Sarkozy et à ses candidats. En Languedoc Roussillon dans un contexte où les listes de gauche (représentant 25% des exprimés du 1er tour) ne pouvaient pas être présentes au second tour, les
électeurs ont majoritairement utilisé le bulletin « Frêche » pour manifester leur volonté de sanctionner la droite. On constate cependant qu’avec une participation très faible de 44% et une poussée des bulletins nuls et blancs, la liste Frêche n’est élue que par un peu plus de 20% des inscrits, ce qui pèsera sur la légitimité de son action.

Nous constatons que dans la région Limousin où une liste unitaire autour l’alliance Front de Gauche-NPA, s’est maintenue suite au refus du PS de l’intégrer dans la liste du second tour, cette liste de la gauche de transformation sociale est passée de 13% au premier tour à prés de 20% au second tour !

Les questions vitales auxquelles sont confrontés nos concitoyens demeurent : chômage, précarité, destruction des services publics et de la protection sociale. Dans ce contexte le rassemblement qui s’est constitué dans la liste « A gauche maintenant ! » et qui a fièrement représenté dans cette élection
une gauche authentique et fidèle à un objectif d¹émancipation et de transformation sociale, est décidé à poursuivre son action : nous le ferons en mobilisant citoyennes et citoyens sur les projets que nous avons portés dans cette campagne électorale : relocalisation des activités contre la mondialisation capitaliste, défense des services publics, retour en régie publique de l’eau, défense de la démocratie locale contre la réforme des collectivités territoriales

Dés le 23 mars nous serons dans la rue avec les salariés et les retraités contre la réforme des retraites, pour l’emploi et le pouvoir d’achat.
Nous donnons rendez vous à tous à notre local de campagne (7 place de la comédie à Montpellier) ce 23 février à partir de 17h 30 pour une rencontre conviviale et fraternelle pour marquer à la fois la fin de notre campagne électorale et le début de nos nouvelles actions unitaires.

René Revol.

communiqué René Revol 22 03 2010.pdf

 

18:27 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20/03/2010

Votre prise de position en faveur de Frêche au 2ème tour des élections régionales

LETTRE OUVERTE AUX 105

par Claude Mazauric

Je reviens à vous parce que votre prise de position en faveur de Frêche au second tour des élections régionales, blesse profondément ma conviction de ce que doit être la justesse en politique et l’idée que je me fais de la responsabilité morale d’un(e) élu(e) communiste, désigné(e) par son parti pour affronter victorieusement le suffrage, dit « universel ». Certes, modeste historien et simple citoyen adhérent du parti communiste français depuis cinquante-huit ans, je ne suis pas plus dépositaire de la norme que tout autre et, si d’ailleurs je l’étais, je ne l’imposerai à personne me contentant simplement, comme militant, d’en appeler au respect des principes. Mais, face à la rudesse d’un débat clarificateur qui ne fait que commencer, je revendique ma libre parole, publique le cas échéant, à laquelle vous répondrez si vous le pouvez, si vous l’osez.

Avez-vous oublié à quel type de politicien se rattache le sieur Frêche ? Ici, ailleurs, à la télévision, dans les gazettes, on le présente quelquefois comme une sorte de Raimu languedocien, à la parole truculente, aux parler vrai, à la manière de tout un chacun, un poussah à la larme facile, au cœur généreux, à la faconde toute pagnolesque. Poussant loin le bouchon, Alary lui a même offert, en supplément, la qualité de « visionnaire » ! On attend que vienne le moment terminal du culte de la personnalité… Lequel ne devrait pas tarder au vu des articles hagiographiques de Midi-Libre et des déclarations de Pietrasanta et de Gayssot.(lire la suite…)

14:05 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Position Martine Gayraud - 2ème tour

Nîmes le jeudi 18 mars 2010

 

Philosophiquement la politique c’est la gestion non guerrière, je tiens beaucoup à ce terme, des alliances et des rapports de force, pas seulement entre individus mais à l’échelle de toute la société. C’est l’art de vivre ensemble dans un même état ou une  même cité (polis en grec), on ne peut donc pas s’en passer malgré les efforts considérables du capitalisme pour faire disparaitre l’affrontement des idées, lui enlever son pouvoir afin que la loi du marché guide le monde. Nous en sommes là aujourd’hui et nous avons plus que jamais besoin de faire de « la politique », mais au-delà des idées, ce qui est aussi important en politique c’est le « comment » : comment on fait « la politique », quel comportement on développe, c’est pour cette raison qu’il faut rejeter avec force cette politique spectacle, ces hommes ou ces femmes politiques qui se vendent comme de la lessive, l’hyper présidentialisme, à Paris comme en région, ceux et celles qui développent l’idée que l’on peut se passer des partis, de leur réflexions et décisions collectives.

Dans la France d’aujourd’hui, il faut défendre encore plus nos valeurs face au danger du populisme, des idées d’exclusion, de racisme, surtout au moment où il y a un recul des consciences, un recul de la « politique » au sens noble du terme.

C’est pour toutes ces raisons que je m’oppose à Georges Frêche et que je n’appelle pas à voter pour lui. Je ne partage pas sa vision de la politique, sa façon de la faire vivre, je m’oppose à son populisme sur lequel il a « surfé » au 1er tour, et je sais qu’au 2ème il veut pouvoir se venter d’avoir rassemblé la gauche en ayant le soutien des partis qu’il méprise, et bien je lui dis non, les communistes sont attachés aux valeurs de gauche, ils continueront à les porter et les défendre, ils sont attachés à leur parti qu’ils ne veulent pas voir disparaitre même si lui en rêve, ils sont attachés à la lutte qu’ils mènent pour une gauche de rupture et de résistance face aux capitalismes triomphants d’aujourd’hui, face à Nicolas Sarkozy, face à la montée du FN, ils lui disent non il ne faut pas se plier à la loi du marché, oui il faut défendre la retraite à 60 ans et les services publics, oui il faut que la gauche retrouve ses valeurs, oui la gauche peut compter sur le parti communiste pour cela.

Martine Gayraud

Secrétaire départementale

M Gayraud 2nd tour.pdf

04:05 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19/03/2010

Les socialistes jouent la désunion en Limousin

limousin.jpg

L’Humanité 16 mars 2010

Les socialistes jouent la désunion en Limousin

Le PS fusionne avec Europe Écologie, mais ferme la porte au Front de gauche allié au NPA, contraint de se maintenir au second tour.

Coup de théâtre, lundi soir, en Limousin. Alors que la conclusion d’un accord semblait en bonne voie entre la liste PS-PRG-MRC-ADS du président sortant, Jean-Paul Denanot (38,06 %) et celles du Front de gauche-NPA (13,13 %), les négociations ont été subitement rompues. Á l’origine du clash : la minoration par le PS du poids de la liste « Limousin, terre de gauche », conduite par le communiste Christian Audoin, dans la répartition des positions éligibles. Mais c’est surtout la présence du NPA sur une éventuelle liste d’union en Haute-Vienne qui a cristallisé l’intransigeance de certains socialistes. Visiblement, le veto du député maire de Limoges, Alain Rodet, et de la présidente du conseil général de Haute-Vienne, Marie-Françoise Pérol-Dumont, a davantage pesé que les tentatives de conciliation du voisin corrézien François Hollande. Difficile, pourtant, de justifier, sur le fond, cette exclusive. Surtout dans une région ou le NPA se dit prêt, avec ses partenaires, à jouer le jeu de la gestion régionale. « Nous ne sommes pas dans une logique d’obstruction politique. Le PS, lui, est prisonnier de sa culture hégémonique », déplore Stéphane Lajaumont, porte-parole régional du NPA. Outre la crainte de devoir composer avec une majorité plurielle, le PS semble désarçonné par l’audience, sur ses terres, d’une force située à sa gauche. En Creuse, par exemple, la liste « Limousin, terre de gauche » passe la barre des 15 % dans 72 communes. Cette liste enregistre aussi de très bons résultats sur les ex-terres chiraquiennes de haute Corrèze. « Ils redoutent de laisser s’installer en Limousin une force politique qui ne serait pas à leur botte », analyse Laurence Pache (PG), tête de liste Front de gauche-NPA dans la Creuse. Reste que cet épisode nourrit, au PS, un certain malaise. « C’est compliqué chez nous », admet Jean-Paul Denanot. Lequel se dit ouvert à « un accord de troisième tour ». Après la triangulaire de dimanche.

Rosa Moussaoui

 

07:48 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16/03/2010

Jean-Luc Mélenchon à la tribune

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche, intervient à la tribune du QG des listes Ensemble à gauche pour livrer son analyse des résultats.

07:37 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Communiqué de Presse

haut affiche.jpg

Nous remercions les électrices et électeurs qui nous ont apporté leurs voix au premier tour.

Le score obtenu est un point d’appui pour la construction d’une alternative politique pour le monde du travail.

Nous avons mené campagne sur un programme de rupture avec la droite et les politiques d’accompagnement du capitalisme.

Nous avons défendu :

 La priorité au service public :
 l’utilisation de l’argent public soumise à des critères écologiques et sociaux,
 le refus de la compétition entre les territoires pour un aménagement solidaire et respectueux de l’environnement.

Nous avons mené une campagne très active (près de 300 réunions publiques) avec une mobilisation militante sans précédent.

Nous constatons avec regret que la personnalisation de la campagne a occulté le débat de fond, que la décision tardive de la direction nationale du PS a brouillé les cartes et permis une opération de victimisation de la part du président sortant. Celui-ci a d’ailleurs bénéficié de forts soutiens à droite et n’a pas rassemblé l’électorat de gauche puisqu’un quart de l’électorat qui s’est exprimé a voté pour les trois listes de gauche. Le score important du Front National rend plus nécessaire encore la construction d’une gauche de combat capable de répondre à l’urgence sociale.

Pour le second tour, à l’échelle nationale nous appelons à battre la droite. En Languedoc Roussillon, nous appelons bien entendu à ne donner aucune voix à la droite et l’extrême droite

Cependant, avec la liste conduite par le président sortant, aucune politique de gauche ne pourra être mise en œuvre dans notre région.

Ensemble, nous poursuivrons le combat contre la politique de la droite en participant aux mobilisations sociales, notamment, dès le 23 mars, pour la défense de la retraite à 60 ans.

En tout état de cause, le rassemblement unitaire de la gauche de transformation sociale « A Gauche Maintenant ! » continue.

René Revol, François Liberti, David Hermet

 

05:53 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08/03/2010

TER GRATUIT

Midi libre : Édition du lundi 8 mars 2010

918_N103LUN.jpg

Ales. Régionales Le train gratuit, fer de lance du Front de gauche

Les colistiers du Front de gauche du bassin alésien ont pris mardi dernier un train express régional (TER) avec en poche le fac simili d'un billet au prix de zéro euro. « Mais nous avons tous payé 17 € notre place », précise Jean-Michel Suau (PC). L'intention des candidats "à la gauche de la gauche" est que cet aller simple, Alès-Nîmes, les mène jusqu'aux urnes faisant des modes de déplacement alternatifs à la voiture, l'un des enjeux majeurs des élections régionales des 14 et 21 mars prochains.
« Le budget de la communication de l'hôtel de région, les déplacements de crédits sur la future ligne à grande vitesse », seraient entre autres mises à contribution pour financer cette gratuité, une mesure sociale et écologique proposée aux « personnes les plus

fragilisées et aux étudiants avant d'être étendue à tous les voyageurs ».
Avant de bouger les lignes ferroviaires, cette proposition « urgente et réaliste », fait déjà bouger les lignes politiques : «L'équipe Frêche propose le billet du TER à 1 €, mais les coûts de la vente reviendraient plus chers que les recettes escomptées », estiment les candidats de la liste "A gauche maintenant". Plus globalement ils font du transport ferroviaire, le fer de lance de la défense et de la modernisation du service public, réclamant le retour prioritaire du fret, « l'investissement très concret de RFF de revitaliser les lignes de proximité, en particulier la ligne Alès-Bessèges menacée de fermeture ».
La bataille du rail est en cours, « les groupes privés (Veolia, Deuchban, etc.) et les filiales de la SNCF sont sur les rangs, le désastre britannique qui a suivi la privatisation pourrait se reproduire en France », martèlent les colistiers locaux de René Revol exigeant « la création d'un pôle public régional de l'ensemble des modes de transport ».
« Le député-maire d'Alès, Max Roustan s'investit peu dans le soutien de son candidat (Ndlr : Christophe Rivenq), selon Jean-Michel Suau, peut-être est-il satisfait du président actuel. » Une remarque politicienne aiguillant le cap : s'ancrer à gauche contre la droite et contre Frêche.

René DIEZ

Numériser.jpg

 

 

08:11 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

07/03/2010

SERVICES PUBLICS

t1.jpg

22:23 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

MEETING NIMES

meeting nimes.jpg

19:08 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

06/03/2010

Réunion à Pont Saint Esprit

Pont Saint Esprit 11 03.jpg

22:10 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

• Une atteinte à la liberté d’expression en Languedoc-Roussillon ?

haut affiche.jpgvendredi 5 mars 2010

René Revol, François Liberti, David Hermet et 120 militants de La liste « A Gauche Maintenant » ont rencontré jeudi 4 Mars les usagers des TER de la Région. Que se soit dans les gares de Perpignan, Castelnaudary, Narbonne, Carcassonne, Montpellier, Béziers, Sète, Nîmes ou Alès, l’accueil a été chaleureux et le plus souvent marqué d’un grand intérêt.

Cependant les militants et les candidats s’étonnent de l’accueil que leur a réservé la SNCF.

L’objet était de discuter de la gratuité des transports, de la défense du service public et de son amélioration : en quoi la direction de la SNCF serait gênée par un tel débat ?

L’intervention de la police ferroviaire, de la Police Nationale en vue d’empêcher une interview de René Revol par les journalistes de i-télé (venus à Nîmes en train…) sur le quai de la gare de Nîmes était-elle justifiée par un risque de trouble relevant de Vigipirate ?

L’agression verbale et les menaces d’incarcération du directeur de la gare de Nîmes vis à vis d’un journaliste relèvent-elles de consignes nationales ou régionales ?

L’exigence de quitter les lieux aux militants présents (qui avaient payé leur billet…) annonce-t-elle la fin de la notion de lieu public pour les gares ?

Ou est-ce que le Conseil Régional sortant, et l’État Sarkozy ne seraient-ils pas, chagrins que la question sur la gratuité l’emporte maintenant, en train de s’entendre dans une attitude commune visant à empêcher le débat, la rencontre entre les propositions de la liste « A Gauche Maintenant » et les usagers.

René Revol et la liste « A gauche Maintenant » élèvent la plus vive protestation et exigent une explication publique du directeur régional de la SNCF.

A Montpellier, le 04 Mars 2010.

René Revol, François Liberti, David Hermet

 

08:30 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

05/03/2010

A Gauche maintenant!

P1150734.JPGP1150738.JPG

Belle réunion publique « A Gauche maintenant ! » jeudi 4 mars à la salle du Cantou au Vigan. René Revol (tête de liste régionale), Martine Gayraud (tête de liste départementale gardoise), David Hermet (porte parole régional du NPA) étaient présents à la « tribune », ainsi que Hervé Moula (les Alternatifs), Myriam Forestier (FASE) et Philippe Labrosse (PG) ces deux derniers étant par ailleurs candidats sur la liste Gardoise.

Entre soixante-dix et quatre vingt personnes étaient présentes pour participer à des échanges très intéressants. On notait dans l’assistance la présence du Maire du Vigan et son premier adjoint, qui nous firent l’honneur de répondre à notre invitation. Autres bonnes surprises, la présence de personnes venant de communes plutôt éloignées dans les cantons de Sumène et d’Alzon, dont certaines du Causse de Campestre aux confins de l’Aveyron. Honneur aux courageux !

Le comité de campagne « A Gauche maintenant ! » en Pays Viganais sort gonflé à bloc de cette soirée, c’est de bon augure pour la suite : réunions publiques à Alzon (05 mars) ; Valleraugue (10 mars) ; Sumène (12 mars). Sans oublier notre participation au meeting gardois, mardi 9 mars, ainsi que nos deux grandes soirées électorales les 14 et 21 mars au local de campagne, place de la Mairie, au Vigan.

22:07 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Compte rendu visite JL Mélenchon dans le Gard le 03/03

Extrait du Blog de Jean Luc Mélenchon,

 

Mercredi matin, train pour la descente vers le sud. La lecture de la presse et des fiches pour la journée dévore mon temps et j’ai à peine le temps d’écrire. A l’arrivée le comité des camarades a le sourire un peu crispé car il va falloir rallier très vite le point de rendez vous et tout le monde sait que j’ai horreur de la voiture et de la vitesse. Moi j’aurai mauvaise grâce à raller car tous ont un métier et prennent sur leur temps pour accomplir toutes ces taches avec la précision d’horloge comtoise que mon équipe parisienne s’efforce de mettre en tout. Il est vrai que le désordre épuise. Et pour moi, l’enjeu numéro un est de tenir le coup le plus longtemps possible. On fonce vers le marché Pissevin de Nîmes. Un quartier populaire dans lequel je reconnais tant de banlieues ! Il y a  une conférence de presse à propos de la manifestation qui aura lieu samedi contre l’installation de l’entreprise Agrexco qui commercialise des produits agricoles venus des territoires occupés en Palestine. C’est un plan signé Georges Frèche. Le PS Mandroux vient de rallier le collectif qui s’y oppose. Il est vrai que la situation est étrange. Les produits importés sont en concurrence directe avec l’agriculture locale. C’est donc le contraire exact de la politique de relocalisation de l’agriculture. De plus leur compétitivité repose sur le fait qu’ils sont produits à vil prix social parce qu’ils viennent des territoires occupés. Par conséquent le label « produit d’Israël » qui permet à Agrexco de bénéficier des droits d’entrée privilégiés reconnus par la communauté européenne à Israël est usurpé. En effet l’union européenne restreint les facilités accordées à Israël lorsqu’il s’agit de produits issus des zones occupées. Il s’agit là d’une pratique constante du droit international : on n’encourage pas une occupation que l’ONU déclare illégitime. Evidemment ces arguments rationnels sont immédiatement instrumentalisés par les frèchistes qui aimeraient bien se donner le beau rôle dans un procès en antisémitisme. Ici on lève les yeux au ciel et on passe à autre chose quand les agents fréchistes essaient d’amener la discussion sur ce terrain. Avant cette conférence de presse, il y a eu une  rencontre avec des travailleurs d’une boucherie en lutte. Cinq camarades de galère que leur patron maltraite et exploite de façon lamentable les exposant pour un salaire de misère à aller et venir en chambre froide sans aucun vêtement de travail adapté. Leur courage et leur détermination sont émouvants. La discussion est si prenante que je n’ai pas réalisé qu’il pleuvait un petit crachin glacial. Je dois rentrer d’urgence à l’intérieur du café. France trois et le midi libre ne sont pas venus. Tant pis pour eux. On remonte en voiture.  

LA MISERE CACHEE

La prochaine halte est au village à Montignargues.  Le maire et les adjointes m’accueillent. Le buffet campagnard regroupe une trentaine d’amis souriant. Ici terres communistes. On a cartonné aux élections européennes. Car depuis Nîmes, je suis ici chez moi. Je suis le député européen du coin. Ah ! Voila France trois ! C’est bon pour nous. Ils vont faire quelques images de mon camarade Revol à propos de la viticulture.  En 2008, le revenu net moyen par actif agricole a chuté de 61 % en Languedoc-Roussillon, soit le record de France de baisse Dans le Gard c’est ahurissant : -76 %. C’est la plus forte baisse de revenu par actif des départements français. Cette baisse s’ajoute aux baisses de la période 2004-2007 où le revenu net moyen par actif s’était déjà contracté de – 13 % pour la région Languedoc-Roussillon, avec une baisse de – 16 % dans le Gard. Résultat : le revenu net moyen par actif agricole est descendu à 8 000 euros par an en Languedoc-Roussillon, soit le plus bas de France (65 000 euros en Ile de France, et entre 10 et 15 000 euros dans la plupart des régions). Cela signifie qu’une majorité de viticulteurs de la région a désormais des revenus sous le seuil de pauvreté (908 euros mensuels). C’est à peine croyable mais le revenu moyen, en euros constants, est inférieur de 70 % à ce qu’il était en…. 1990 ! Donc l’étape suivante à la coopérative viticole à Montagnac est un moment particulièrement dense. On y conditionne le vin dit de pierre bleue. J’aurais mon carton de trois bouteilles pour me faire une idée. N’oublions jamais : ici c’est la première région viticole de France, en volume et en surface : 260 000 hectares. Mais il n’y a que 40 000 hectares classés en appellation contrôlée (AOC). L’essentiel de la production est donc encore en vin de pays ou de table. La région est ainsi concentrée sur les vins à petits prix et faible valeur ajoutée. Pour autant la mesure du problème posé ne se comprend qu’en comprenant  que 60 % des exploitations agricoles de la région sont des vignobles, qui occupent 30 % des surfaces agricoles de la région. Pour un Frèche, c’est trop, beaucoup trop. Il l’a dit. Pour lui deux caves sur trois doivent disparaitre. Un peu comme la pêche. Pour lui la côte à vocation à construire des «marinas pieds dans l’eau». C’est le modèle bien connu de reconversion des territoires qui conduit au désastre écologique et économique dont se régale actuellement l’Espagne ! Mais il ya aussi une dimension politique. Ici la paysannerie vigneronne est très solidaire. 70 % de la production s’effectue en coopératives ! C’est le record de France !  Environ 300 coopératives pour 3 500 caves particulières. Et derrière cette réalité politique une autre qui ne l’est pas moins, la viticulture génère ici 25 000 emplois directs. Le vin et la lutte de classe marchent ensemble. Et de même la lutte contre l’Europe libérale et Georges Frèche, l’autre calamité agricole après le capitalisme. Le président de la coopérative et les membres de son bureau qui nous ont accueillis nous font visiter. Puis on s’installe dans une petite pièce coude à coude. Le président a préparé un discours sobre et argumenté. Son débit de parole est tranquille et souriant comme toute sa personne. Mais à mesure sa voix se noue quand il dit ce qu’il a à dire de la misère qui menace. Et ses derniers mots sont pour dire qu’ici on a su faire du vin avant que l’écriture n’arrive. Tout le monde comprend que le savoir faire est un savoir. Et qu’il peut se perdre aussi. Je dis mon mot et René Revol de même avec une égale gravité. On se touche la main. Hop, c’est l’heure presque dépassée. On repart ! Le train n’attendra pas. On s’embrasse avec René et Martine et salut, chacun de son côté. 

MARSEILLE MET LE FEU !

Je saute dans le train après qu’on a fait un mini crochet pour ramener à domicile Paulette, une figure historique du communisme viticole et rural qui nous accompagnait pendant toute cette séquence. Puis c’est le train et ensuite le métro pour aller au meeting à Marseille. Sur place Jean-Marc Coppola est impérial. Sa partie est rude dans ce secteur. Mais la mobilisation est  orchestrée au millimètre. Ca va payer. Les socialistes n’ont rien à dire à part le vote utile et Vauzelle qui a une bonne tête et des pratiques tranquilles ne soulève pas davantage de passion contraire que partout ailleurs. De toute façon les socialistes sont certains de gagner et leur principal souci est de ne déclencher aucune vague. On occupe donc  le terrain tous seuls. Marie George Buffet qui conclut le meeting est en phase avec son petit monde si nombreux dans la salle qui boit ses paroles. Total cinq séquences dans la journée. Retour au pas de course pour être sûr de dormir sept heures cette nuit.

 

r.jpg

 

 

21:58 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

ACTION TER

bi.jpg

 

 

MIDI LIBRE : Édition du vendredi 5 mars 2010

1018_W104VEN.jpg

Photo G. L.

 

 

 

 

 

 

 

Nîmes. À gauche maintenant ! veut amorcer la gratuité des TER


CONTEXTE : La liste a présenté, hier à Nîmes, son projet en matière de transport


Hier matin, la liste À gauche maintenant ! n'a pas lésiné sur les moyens pour présenter ses hautes ambitions régionales en matière de transports publics. Ses leaders régionaux David Hermet et François Liberti (René Revol était absent) sont arrivés en TER en gare de Nîmes, pendant que 400 militants étaient mobilisés dans les principales gares de la région pour distribuer des tickets-tracts.
De faux tickets, sur lesquels la liste indique clairement sa volonté, si elle est élue, de mettre en place « immédiatement la gratuité des TER pour les liaisons domicile-travail pour toutes les personnes à faible revenu et les jeunes en formation ou à la recherche d'un emploi.» Et ce n'est qu'un début, car l'objectif, « c'est la gratuité des transports publics pour tous »,

dixit François Liberti. Une mesure qui, assure-t-il, « n'est pas seulement sociale mais également écologique. Nous créons une vraie alternative à la voiture. » Outre cette gratuité, c'est en fait l'ensemble de la politique régionale d'investissement dans les transports que veut réviser la liste À gauche maintenant ! Et d'abord le projet de ligne à grande vitesse Nîmes-Perpignan : « Que des collectivités locales déjà pauvres supplantent les carences de l'État et de la SNCF n'est pas une bonne solution », assure François Liberti. L'Héraultais veut renégocier ce financement et absolument privilégier un système mixte fret - grande vitesse, même au prix de la réduction de la très grande vitesse. La liste s'oppose aussi aux projets, trop coûteux, de gare à Manduel.
Des sous, elle envisage d'en mettre beaucoup plus pour la modernisation des voies existantes et veut un engagement de la SNCF, notamment pour les lignes Mende-Nîmes et Alès-Bessèges. À terme, le Gardois Jean-Michel Suau, candidat sur cette liste, ne désespère pas de voir rouvrir certaines lignes comme Nîmes-Sommières ou Nîmes- Le Vigan.

Jean-Pierre SOUCHE

 

21:49 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02/03/2010

Action dans les TER

ACTION DANS LES TER.jpg

22:08 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Invitons les retraites dans les Régionales!

Samedi, 27 Février 2010 17:13 Gabriel Amard invitons-les-retraites-dans-les-regionales.jpg

 

 

Les Régions n'ont pas compétence sur les retraites. Mais à coup sûr, le résultat des élections régionales aura compétence pour créer un rapport de force dans le débat sur les retraites ! Ce n'est pas un hasard si le Gouvernement attend la fin de ces élections pour ouvrir ce dossier. Il sait que c'est impopulaire et ne voulait pas prendre un risque supplémentaire d'être sanctionné électoralement. Il sait que c'est impopulaire, alors il se donne aussi du temps. Du temps pour quoi ? Pour convaincre de la nécessité de réformer notre système en assénant contrevérités sur contrevérités à ce sujet.

Les arguments utilisés par la droite apparaissent de prime abord, si on ne s'y attarde pas trop, comme des évidences. Ils ne résistent pas à l'analyse plus fine, à l'examen plus sérieux. Je vous en livre ici quelques uns. Faites en bon usage.

Notre système de retraite est très endetté, il y a un trou de l'ordre de 5 milliards. Ouhla, c'est une somme, 5 milliards !!! Mais 5 milliards sur combien, au juste ? Quel est le pourcentage d'endettement du système de retraite ? 2,5 % ! Oui oui, 2,5%. C'est comme si on criait au scandale chaque fin de mois lorsque les Français ont un découvert de 2,5% de leurs salaires. Demandons à des travailleurs émargeant au Smic s'ils ne seraient pas satisfaits de n'avoir que 25€ de découvert à la fin du mois.


D'accord, mais notre système de retraite est en danger, il ne sera plus financé en 2050. Quand ça, dîtes-vous ? En 2050. Malin, comme argument. Pour les salariés, la retraite c'est le futur, c'est demain, c'est plus tard, c'est après. Et 2050, c'est également le futur, demain, plus tard. Agitons un peu la peur du lendemain, ça peut faire son chemin. Disons le nettement : ce n'est pas sérieux, pour deux raisons. D'abord, parce que nos retraites d'aujourd'hui sont payées avec de l'argent d'aujourd'hui, et nos retraites de demain seront payées avec de l'argent de demain. Nous ne mettons pas aujourd'hui de l'argent de côté qui ressortira au moment du départ à la retraite. L'argent se conjugue au présent. La lumière très crue a été portée sur ce sujet lorsque des fonds de pension (ou retraites par capitalisation) se sont écroulés suite à de mauvais placements financiers. Ce sont les retraités d'aujourd'hui qui ont été pénalisés. Ils ont cotisé toute leur vie, et ne reçoivent aujourd'hui plus rien.

L'autre argument est démographique. Le "baby-boom" arrive à la retraite, peu à peu. Ce qui fait beaucoup de personnes par rapport aux actifs. Mais la génération d'après ? Les naissances aujourd'hui sont importantes, nous connaissons une vraie dynamique dans la natalité nationale. C'est un cycle. Des excédents sont donc à prévoir dans quelques années, et ce bien avant 2050.

Pourquoi tout ça, alors ? Les retraites, c'est comme le reste. Comme la santé, l'eau, l'éducation. Comme auparavant l'énergie, les télécommunications, la poste. Ce sont des milliards qui échappent à la voracité des capitaux privés. Ce sont des bénéfices qui leur échappent. C'est insupportable pour Nicolas Sarkozy. Gageons que dans le "serment du Fouquet's", comme le qualifie à juste titre François Delapierre, les responsables politiques de la droite et les grands capitalistes ont parlé du partage entre eux de ces gâteaux qui leur échappaient encore. Il s'agit simplement de dénigrer le système par répartition pour le remplacer par le système par capitalisation. Et ce au mépris des salariés, dont on se moque de savoir si enseigner au-delà de 60 ans est bon pour eux comme pour les élèves. On se moque de savoir si un pilote de ligne peut piloter, pour eux comme pour les passagers. On se moque des dépenses de santé supplémentaires qu'occasionnent une durée de travail plus longue, qui épuise, stresse, affaiblit. On se moque des salariés. Quand il y a du profit à faire, alors peu importe, tout y passe : la solidarité, les emplois, les services publics, les dépenses publiques, l'environnement. L'intérêt particulier des plus riches qui veulent être encore plus riches au détriment du plus grand nombre, de l'intérêt général de la communauté humaine doit toujours primer pour la droite.

Alors oui, les élections régionales sont aussi le moment de créer un rapport de force face aux projets gouvernementaux. C'est l'occasion de redonner du souffle à tous ceux qui luttent et résistent face aux projets libéraux. C'est l'occasion de donner une bonne gauche face à la droite. Ne la laissons pas passer, les 14 et 21 mars prochain, en votant pour les listes "Ensemble pour des Régions à gauche", impulsées par le Front de Gauche.

21:12 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01/03/2010

Réunion St Martin de Valgalgues

st martin de valgalgues 05 03.jpg

21:17 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Appel vote Elections Régionales

appel.jpg

20:09 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28/02/2010

A Gauche maintenant!

8_pages_1.jpg

21:02 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Réunion Le Vigan

le vigan 04 03.jpg

19:15 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Réunion Beaucaire

beaucaire 03 03.jpg

19:04 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

27/02/2010

Jean Luc Mélenchon à Nîmes

JEAN LUC MELENCHON -.jpg

23:41 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Réunion St Ambroix

SAINT AMBROIX 05 03.jpg

22:46 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Mélenchon sur France5

arton404.jpgEmission du 25/02/2010 - Jean Luc Mélenchon invité de l'emission de c'est à dire

 

A moins d’un mois du premier tour des élections régionales, Jean-Luc Mélenchon, l’un des leaders du Front de gauche, estime qu’"il y a plusieurs niveaux" dans cette campagne. "Sur le terrain, les choses continuent à leurs rythmes. Et reconnaissons une chose : encore beaucoup de Français ne s’y intéressent pas du tout", ce qui fait craindre une forte "abstention".

Dans le même temps, "à peu près tout le monde est en campagne", mais "il y a une faiblesse militante des grands partis, pour des raisons assez complémentaires. Le PS, parce qu’il pense qu’il a gagné. Donc les socialistes bougent le moins possible. Ils pensent que s’ils bougent, ils vont faire une faute". Et de l’autre côté, poursuit le président du Parti de gauche, "l’UMP a intériorisé le fait qu’elle a déjà perdu. Ce qui conduit" peut-être ses membres "à surévaluer les accrochages de personnes, les accrochages superficiels".

Finalement, "c’est une situation très curieuse", affirme le député européen. "Les gens s’apprêtent à voter massivement à gauche pour sanctionner la droite" qui est au pouvoir, "mais le parti dominant de la gauche ne propose rien. Il ne dit pas, par exemple : ’Faites de cette élection régionale, un enjeu national’ (...) Quant à l’UMP, c’est pareil, on n’entend pas un slogan, un mot d’ordre".

Convaincu de la nécessité de faire de cette élection, "
une élection nationale, parce qu’elle l’est", Jean-Luc Mélenchon souhaite y "introduire le débat sur les retraites et, en ce qui concerne les régions", défendre l’idée "que l’on peut en faire un bouclier social pour les gens au moment où la crise déferle. Car ce qui a commencé en Grèce arrivera en France. Rappelez-vous-en surtout".

 

 

22:00 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Canal + n’aime pas la gauche

haut affiche.jpg

Communiqué de presse

Pour respecter l’équité du temps audiovisuel des candidats, Canal + a décidé d’inviter le 22 février les opposants à Georges Frêche : Jean Louis Roumegas et Raymond Couderc….

La liste A GAUCHE MAINTENANT ! s’interroge sur la partialité d’un tel choix qui occulte la seule liste opposante de gauche….

Si un tel choix devait perdurer la liste A GAUCHE MAINTENANT ! saisirait le CSA d’une aussi évidente discrimination.

En vous remerciant,

René Revol, François Liberti, David Hermet

20:57 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Réunion Uzès

Aujourd’hui samedi 27 février opération tractage, à Uzès pour annoncer notre réunion publique du 5 mars,

Ci-dessous quelques photos

UZES 05 03.jpg

19:53 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Réunion Nîmes

nimes 02 03.jpg

19:10 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Réunion Domessargues

Domessargues 02 03.jpg

19:00 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |