Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2010

congrès Le Mans 2010 - intervention de Jean Luc Mélenchon


Jean-Luc Mélenchon lors du Congrès du Parti de Gauche
envoyé par lepartidegauche. - L'actualité du moment en vidéo.

07:40 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Congrès le Mans 2010 - Martine Billard


Martine Billard co-présidente du PG : bilan du Congrès
envoyé par lepartidegauche. - L'info internationale vidéo.

07:38 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Congrès le Mans 2010 - Marc Dolez


Discours de Marc Dolez au Congrès du Parti de Gauche au Mans
envoyé par lepartidegauche. - L'actualité du moment en vidéo.

07:35 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Congrès le Mans 2010 - Pierre Laurent


Discours de Pierre Laurent au Congrès du PG au Mans
envoyé par lepartidegauche. - L'actualité du moment en vidéo.

07:31 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

congrès Le Mans 2010 - Clémentine Autain


Clémentine Autain au Congrès du Parti de Gauche (Le Mans)
envoyé par lepartidegauche. - L'actualité du moment en vidéo.

07:27 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

23/11/2010

congrès 2010

Quelques photos du congrès du PARTI DE GAUCHE les 19,20 et 21 novembre 2010
cliquez sur la photo

09:01 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

22/11/2010

Début du discours de Jean-Luc Mélenchon, au mans dimanche 21 novembre

m.jpg

En attendant la vidéo du discours de Jean Luc Mélenchon, ce dessous son introduction...

"Nous, nous savons que nous ressortons humainement, parce que nous sommes des êtres humains, et non pas des robots, et non pas des pions, nous sommes des femmes, des hommes qui donnons du temps, de l’énergie, du cœur à la tâche, et qui, dans cet acte même, non seulement transformons notre patrie républicaine, mais nous transformons nous-mêmes. Car l’altruisme, le souci des autres qui fait un programme politique de gauche, commence dans le cœur de la personne de gauche, et à mesure qu’il mène sa lutte, lui-même il se transforme de l’intérieur et devient une personne meilleure. On est meilleur quand on lutte pour les autres, on est moins bon quand on ne lutte que pour soi."

07:34 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

07/02/2009

Le Bureau National

Le bureau National.jpg
LE TROMBINOSCOPE

13:09 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

05/02/2009

Congrès Fondateur

Les délégués venus de toute la France parlent de leurs espoirs dans le PARTI DE GAUCHE.


13:23 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02/02/2009

Les 29 mesures du Parti de Gauche

Face à la crise, il faut résolument changer de cap! Les 29 mesures du Parti de Gauche adoptées lors du Congrès Fondateur.
LIRE LA SUITE

08:18 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01/02/2009

Mélenchon à l'assaut des européennes

melenchon-parti-de-gauche-congres-2748176apukl_1378.jpgJean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de gauche, presse le Nouveau parti anticapitaliste de rejoindre le "front de gauche" aux élections européennes. "Camarades, nous vous tendons la main sans conditions, sans préalable, ne la rejetez pas !", a-t-il lancé dimanche en clôture du congrès du PG qui a réuni 600 délégués à Limeil-Brévannes, dans le Val-de-Marne, depuis vendredi.

Le congrès fondateur de son nouveau Parti de Gauche (PG) à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), qui a réuni 600 délégués, se clôturait dimanche avec un dernier discours de Jean-Luc Mélenchon. Comme samedi où il était déjà passé à l'offensive, ce dernier a réitéré son appel au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), pressant Olivier Besancenot de rejoindre le "front de gauche" déjà scellé avec le PCF, afin de dépasser le PS aux européennes. "Camarades, nous vous tendons la main sans conditions, sans préalable, ne la rejetez pas !", a-t-il lancé. La gauche a un "devoir d'union et de solidarité", a ajouté celui qui a claqué la porte du Parti socialiste en novembre. "Ces divisions lassent et désespèrent", a-t-il dit, tandis que les militants scandaient "tous ensemble, front de gauche !".

Fort d'un sondage commandé à l'Ifop créditant un hypothétique "front" incluant le NPA et Lutte ouvrière de 14,5% des voix (derrière l'UMP à 25,5% et le PS à 22,5%), le nouveau leader du PG a lancé dès samedi un nouvel appel à M. Besancenot, à une semaine du congrès fondateur du NPA (6-8 février), qui doit trancher la question d'éventuelles alliances pour les européennes de juin. "Olivier Besancenot a une responsabilité devant l'Histoire, il n'est plus à la tête d'un groupuscule", et "s'il refuse le front de gauche, le rééquilibrage (à gauche) ne pourra pas se faire", avait assuré M. Mélenchon, répétant : "Passer devant le PS, c'est jouable".


Besancenot contre un "coup électoral"

O. Besancenot "bouge tout doucement, on va le convaincre", se persuadait samedi l'ancien socialiste. Mais, refusant un simple "bon coup électoral", M. Besancenot défend un "front durable" au-delà des Européennes de juin, avec comme condition une indépendance totale vis-à-vis du PS. Pour le sénateur de l'Essonne, "indépendants du PS, nous le sommes, une partie d'entre nous vient de le quitter !". Le PG est "différent et concurrent du PS" mais "ce n'est pas notre ennemi, c'est la droite notre adversaire", a répété M. Mélenchon, qui dit "croire à la révolution par les urnes", prenant exemple sur le Venezuela et la Bolivie. Pour lui, les élections européennes doivent constituer "deux référendums en un" : contre la politique et la "dérive autoritaire" de Nicolas Sarkozy et pour faire entendre le "non de gauche" au traité constitutionnel européen. Plus tôt, le député (ex-PS) Marc Dolez avait affirmé que le PG devait être "un parti du combat social mais aussi le parti de l'unité" pour "résister à la droite et au patronat", "infliger à Sarkozy une défaite cinglante" et "imposer le respect de la souveraineté populaire" sur le traité européen.

Pour J -L Mélenchon, le PG, qui revendique 4.000 militants, est "un parti de gouvernement". A ce titre, il a proposé samedi un "plan d'urgence" de 100 milliards d'euros pour lutter contre la crise.
Le document, en 29 propositions, sera transformé en proposition de loi à l'Assemblée nationale et au Sénat, "parce que, contrairement à d'autres formations de gauche, quand nous proposons un plan, nous le soumettons au Parlement", a-t-il affirmé.


14:47 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les résultats du Congrès Fondateur

bandeau-congres.jpg
- Texte d'orientation adopté par le congrès constituant

- Pour une autre Europe, texte adopté par le congrès constituant

- Statuts transitoires du PG adoptés par le congrès constituant

14:20 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Message des Alternatifs adressé aux congressistes du Parti de Gauche

Ami-e-s et camarades,

Nous avons ensemble participé à la dynamique victorieuse du NON de gauche au Traité constitutionnel européen,avons retrouvé beaucoup d'entre vous au sein des collectifs unitaires.

Aujourd'hui de nouveaux combats, de nouveaux terrains d'unité sont devant nous. La déclaration commune de 10 formations de gauche en soutien aux mobilisations sociales, dessine également des propositions commune substantielles.

Nous défendons ensemble, avec force, la nécessité d'une alliance de toutes les forces de la gauche de gauche, d'une campagne populaire et de listes communes dans toutes les régions aux élections européennes.

Nous vous souhaitons un premier congrès plein d'espoir.

07:32 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

31/01/2009

Front de gauche" aux Européennes: Mélenchon met la pression sur Besancenot

bandeau-congres.jpg

Photo_1233423334736-1-0-225x149.jpgLe Parti de Gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon a profité de son congrès fondateur pour presser le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot de rejoindre le "front de gauche" déjà scellé avec le PCF, afin de dépasser le PS aux européennes.

Fort d'un sondage commandé à l'Ifop créditant un hypothétique "front" incluant le NPA et Lutte ouvrière de 14,5% des voix (derrière l'UMP à 25,5% et le PS à 22,5%), M. Mélenchon a lancé samedi un nouvel appel à M. Besancenot, à une semaine du congrès fondateur du NPA (6-8 février), qui doit trancher la question d'éventuelles alliances pour les européennes de juin.

"Olivier Besancenot a une responsabilité devant l'Histoire, il n'est plus à la tête d'un groupuscule", et "s'il refuse le front de gauche, le rééquilibrage (à gauche) ne pourra pas se faire", assure M. Mélenchon. "Passer devant le PS, c'est jouable", répète-t-il.

M. Besancenot "bouge tout doucement, on va le convaincre", se persuade l'ancien socialiste, dont le "front", qui s'adresse à tous les partis de gauche sur la base du "non de gauche" au Traité européen en 2005, se limite jusqu'ici à un duo PCF-PG.

Le sénateur de l'Essonne voit comme "un bon signe" l'appel unitaire de dix organisations de gauche, dont le NPA, sur les mobilisations de jeudi dernier. Mais jusqu'ici, le parti de M. Besancenot n'a pas semblé très favorable à une alliance pour les prochaines élections.
Refusant un simple "bon coup électoral", le facteur de Neuilly défend un "front durable" au-delà des Européennes de juin, avec comme condition une indépendance totale vis-à-vis du PS.

"Il nous faut un maximum de députés européens qui portent la volonté de changer d'Europe", a répondu la numéro un communiste, Marie-George Buffet, venue écouter les débats du congrès du PG qui se tient à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) jusqu'à dimanche.

"On tend la main à tous ceux qui veulent changer d'Europe", mais "les européennes, ça approche", "il faut qu'on avance", a-t-elle lancé aux journalistes, avant d'être longuement applaudie par les 600 délégués du PG, scandant "front de gauche aux européennes".

Au NPA, l'idée du front de gauche a des partisans. "Sur le fond, il n'y a pas de raison de refuser cette offre", estime Christian Picquet, représentant la fraction minoritaire de la future ex-LCR pour un large rassemblement à gauche.

"Si le NPA répond non, ce serait un désastre politique", ajoute-t-il dans les allées du congrès, en déplorant la "crispation" de la direction du Nouveau parti anticapitaliste. "Ils sont enfermés dans une bulle qui leur donne le sentiment que la popularité de Besancenot peut être traduite automatiquement en résultats électoraux, mais c'est une illusion complète", analyse-t-il.

Si "le cœur de la discussion se concentre sur le NPA", M. Mélenchon souligne toutefois que "cela ne résume pas la stratégie du front de gauche". Et semblant anticiper un refus la semaine prochaine, il a lancé en accueillant Mme Buffet: "il y a des tête-à-tête pas désagréables!".

19:32 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19/01/2009

POUR UNE AUTRE EUROPE

Ce document est soumis à la discussion des adhérent-e-s du Parti de Gauche (PG) pour discussion, amendements et adoption lors du congrès de fin janvier 2009. C'est à partir de ces positions que le PG mènera le débat pour construire avec d’autres forces le Programme du Front de Gauche et élaborera son propre matériel de campagne.
LIRE CE DOCUMENT DE TRAVAIL

07:18 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02/01/2009

Le Parti de Gauche : Deux Congrès en 2009

Le Parti de Gauche a décidé d'avancer son Congrès fondateur aux 30, 31 janvier et 1er février 2009. Ce Congrès sera en effet celui de l'urgence. Il sera consacré notamment à la réponse à la crise qui s'aggrave et à la préparation des élections européennes. Puis à l'automne 2009, nous tiendrons un second Congrès consacré au programme. En tenant deux Congrès dans l'année le Parti de Gauche se donne ainsi les moyens d'une vraie préparation collective.

85897322.gif
Ce changement de date est également apparu nécessaire après le report du Congrès du NPA aux 7 et 8 février, date initialement retenue pour notre propre Congrès de fondation. Parce que nous respectons la diversité de la gauche, nous voulons contribuer à un dialogue vrai et transparent en son sein. L'accumulation de Congrès de fondation le même jour aurait donné le spectacle préjudiciable de l'éparpillement voire d'une concurrence à laquelle nous ne voulons pas contribuer. Elle aurait rendu les échanges entre nos partis très difficiles, si ce n'est par peites phrases relevés d'une tribune à l'autre et montés en direct voire en épingle... Or vu l'enjeu de la crise et l'importance des échéances européennes pour lesquelles nous militons sans relâche pour un front de gauche le plus large possible dans la fidélité au "non" des Français en 2005, nous souhaitons que chacun puisse arrêter ses décisions après avoir pris connaissance de celles des autres et après avoir pu entendre leurs arguments.

18:09 Publié dans CONGRES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |