Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2012

Pierrefeu-du-Var, la présidence Hollande placée sous le signe de la sécurité

fh.jpg

L’Humanité le 15/08/2012

Le président se rend aujourd’hui à Pierrefeu-du-Var pour un hommage à deux gendarmes tuées en juin. Cent jours précisément après son élection, François Hollande envoie un signal que n’aurait pas renié son prédécesseur.


Alors que l’économie du pays est moribonde et que les plans sociaux s’enchainent, François Hollande préfère pourtant placer son début de mandat sous le signe de la sécurité. Le président a interrompu une nouvelle fois ses vacances pour une rencontre avec les gendarmes de Pierrefeu-du-Var qui avaient perdu deux des leurs, le 17 juin, deux femmes tuées par balle. Le père d’une des victimes dénonce d'ailleurs une opération de communication. En tout cas une manière d’instrumentaliser un fait divers qui rappelle la présidence Sarkozy. D’autant qu’Hollande rebondit sur les violences de cette nuit à Amiens Nord, promettant qu’il allait mobiliser "tous les moyens de l'Etat" pour lutter contre les violences, car la sécurité est une "obligation" pour les pouvoirs publics.

Pourtant à cette date symbolique des 100 jours, ce sont les sombres perspectives sociales et économiques qui auraient pu préoccuper le président. Car pour ce premier trimestre de gouvernement socialiste est aussi le troisième trimestre consécutif sans croissance en France. Les indicateurs économiques sont mauvais. Les dépenses de consommation des ménages ont reculé (-0,2%), la production de biens et services a stagné et le commerce extérieur continue de plomber l'activité, avec des importations en nette accélération (+1,8%) et des exportations encore peu dynamiques (+0,2%). Résultat le chômage augmente encore, d’autant plus que les plans sociaux s’enchainent.
Si le François Hollande a ignoré le sujet, le ministre des Finances, Pierre Moscovici, a tenté de sauver les meubles en mettant en avant la première « hausse » du smic depuis cinq ans, l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire, le blocage des loyers, le durcissement de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et le retour à la retraite à 60 ans pour quelques travailleurs.

Pi.M.

08:22 Publié dans Economie, PRESSE, Social | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.