Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/07/2012

Impôts: non, la CSG n’est pas juste, quoi qu’en dise F Hollande

hollande-impots-csg.jpg

François Hollande avait promis de ne pas recevoir de journalistes déférents à l’Elysée, façon monarque : il trouvait cela ridicule et il avait bien raison. Il a donc choisi, ce samedi 14 juillet, de recevoir deux journalistes polis à l’hôtel de la Marine.

Le téléspectateur n’a pas été trop bousculé : même decorum qu’au « château » (des ors, des lustres, des parquets bien cirés) ; même ambiance de solennité ; même urbanité des interviewers (Chazal et Delahousse)... Autant dire que la rupture d’image n’a pas eu lieu.


Sur le fond, sur la politique économique, a-t-elle eu lieu davantage ? Cela reste à prouver. On est passé de la glorification du « travail » à la célébration de « l’effort ». L’inflexion, s’il y en a une, est encore très marginale, quoi qu’en dise le Président.

Prenez la fiscalité : l’instauration d’une TVA sociale par Nicolas Sarkozy représentait une hausse de l’impôt de 11 milliards d’euros. François Hollande revient sur cette décision qu’il condamne sans appel, car elle frappe le pouvoir d’achat des Français, ce qui n’est pas, selon lui, acceptable.

Mais, dans le même temps, il admet que l’augmentation de la CSG (contribution sociale généralisée) est à l’étude « parmi d’autres pistes » à l’occasion de la Grande conférence sociale. Certes, comme les ministres du gouvernement le répètent, la CGS ne frappe pas seulement les salaires : elle porte également sur les revenus de l’épargne. Mais la présenter comme un impôt « juste » est fort de café.

Pas de leçons à donner

La CSG est en réalité la première tranche de l’impôt sur le revenu : elle porte sur tous les salaires et toutes les retraites, même modestes. C’est l’inverse d’un impôt progressif (qui porte plus sur les riches que sur les pauvres). Quant aux revenus du patrimoine, ils représentent une toute petite part de son assiette, environ 11% des 89 milliards récoltés ! En matière de justice sociale, on fait mieux : la CSG n’a pas beaucoup de leçons à donner à la TVA.

« Je ne viens pas annoncer aujourd’hui de prélèvement supplémentaire pour une grande majorité de Français », a déclaré Hollande. Pourtant, si comme on le suppose, c’est une hausse de deux à quatre points de CSG qui se profile, la grande majorité des Français seront touchés, pas seulement la petite minorité des plus riches.

La vérité, c’est que le gouvernement s’apprête à troquer une hausse de 11 milliards de la TVA pour une hausse de la CSG de plus du double.

Pendant la campagne présidentielle de François Hollande, il n’était pas plus question de suivre une telle politique que de se faire interviewer poliment le 14 juillet sous les moulures d’un palais. Le Président s’adapte à une situation financière plus difficile que prévu, mais sans l’assumer : faire aujourd’hui croire aux Français qu’une hausse de la CSG sera indolore, c’est les infantiliser inutilement.

Voir l’article sur le site de Rue89

Pascal Riché

07:13 Publié dans Economie, Social | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.