Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/07/2012

Le 20 juillet 1944

Le complot militaire visant à tuer Hitler et à faire un coup d’état échoue. Plusieurs tentatives de ce genre avaient eu lieu dès l’année 1938. Début 1943, Hitler renonce à se rendre à l’endroit où une bombe l’attend. En mars 1943, le détonateur de la bombe ne se déclenche pas à cause de trop basses températures.

En juillet 1944, par trois fois, le dépôt de la bombe est décalé : les 6, 11 et 15 juillet. Le complot, appelé opération Walkyrie, est à grande échelle. Une des pierres angulaires du groupe qui prépare l’attentat est le lieutenant-colonel Von Stauffenberg. Celui qui déposera la bombe a été grièvement blessé en Afrique du nord, où il a perdu une main, plusieurs doigts de l’autre main et un œil. Les complotistes, persuadés que l’Allemagne a perdu la guerre, sont motivés par la perspective de pouvoir négocier la paix avec les Alliés, une fois le pouvoir pris. Ils comptent continuer la guerre avec l’URSS et rétablir si nécessaire la monarchie. Si une des motivations de Stauffenberg est de réagir aux « atrocités commises par les SS contre les slaves et les juifs », beaucoup de conjurés sont très antisémites.


Le 20 juillet, après l’explosion de la bombe au grand quartier général de Rastenburg, en Prusse orientale (la tanière du loup), Von Stauffenberg est absolument certain que le Führer est tué, puisqu’il a vu le baraquement voler en morceau ; il part donc vers Berlin afin de poursuivre le coup d’état. Pourtant, à Berlin, ses complices doutent de la mort d’Hitler, du fait d’informations discordantes. Ils ne lancent donc pas la suite des opérations. De fait, Hitler n’est que légèrement blessé à la main. La répression du complot commence de manière immédiate ; la première vague est organisée par le général Fromm, qui était au courant du complot sans y avoir participé. Certains conjurés sont autorisés à se suicider en raison de leur rang, comme par exemple Erwin Rommel ; d’autres sont fusillés. Himmler fait arrêter pas moins de 5 000 personnes. L’armée est purgée : la SS acquiert une prédominance totale face à la Wehrmacht. Le thème du complot contre Hitler est notamment traité par Romain Gary dans son roman Les Cerfs-volants.

Jeanne Fidaz

07:20 Publié dans Education Populaire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.