Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2012

Planning familial : Marine Le Pen fait avorter la condition des femmes

En répondant à une question de Rue89 à propos du Planning familial, ce mercredi 25 janvier 2011, la présidente du Front national a osé dire que « le Planning familial est devenu une espèce de centre, souvent, d’incitation à l’avortement. On ne donne même plus le choix aux femmes de ne pas avorter ». Par Pascale Le Néouannic.


Ainsi, la digne héritière du Front national veut, sous couvert d’économie, restreindre le droit à l’IVG en proposant rien moins que son non-remboursement par la Sécurité sociale, donc en rendant ce droit moins effectif et surtout aux femmes les plus précaires.
En faisant mine de défendre la liberté, Mme Le Pen mène un combat idéologique contre le droit à l’avortement et nous montre, s’il était besoin, qu’elle n’a en rien modernisé son parti ou remis en cause certains de ses combats les plus réactionnaires.
Tout y passe dans les poncifs, comme le fait de prétendre que les centres du planning familial présenteraient l’avortement comme un acte anodin, alors que ces centres mènent un travail remarquable d’information, de sensibilisation, d’accompagnement et, nous les en remercions, de déculpabilisation des femmes qui prennent la décision d’user d’un droit aussi fondamental !
Si la candidate du FN prétend faire peau neuve en expliquant qu’elle n’est pas pour l’interdiction du droit à l’avortement, elle renforce néanmoins le fait que ce droit n’est toujours pas complètement effectif aujourd’hui, compte tenu des multiples fermetures de centres d’IVG et du nombre de femmes qui, pressées par les délais légaux peu respectés par les hôpitaux, sont obligées de se faire avorter à l’étranger.
En affichant son choix de le dé-rembourser, elle sait pertinemment qu’elle contribue à remettre en cause l’applicabilité du droit à l’avortement, alors que de tout temps et dans tous les pays, quelques soient les législations en vigueur, les femmes ont toujours avorté quitte à mettre leur vie en péril !
Pour Marine Le Pen, l’avortement est un facteur de dénatalité. C’est bien parce que le FN est favorable à une politique nataliste qu’il entend contrôler le corps des femmes pour maintenir et faire perdurer un ordre social patriarcal soi disant immuable. Comme l’explique une fidèle de la candidate du FN, Marie-Christine Arnautu : « Nous voulons favoriser la famille, qui est à notre sens le premier noyau dur de la société. » Et quand le FN parle de famille, il parle bien du modèle exclusif hétérosexuel et de préférence non recomposé. La mère reproductrice devient, quelque soient ses choix de vie ou d’orientation sexuelle, parce que ce serait dans
« sa nature », la base de l’édifice social. Le projet du FN est de renvoyer les femmes au foyer pour « la bonne éducation » des enfants et régler les problèmes de délinquance dont les premières responsables seraient les mères qui travaillent ou les mères célibataires. Ici, la crise sert de fond de sauce à Marine Le Pen pour promouvoir un programme… pour reproductrices patriotes !
Il faut arrêter de faire croire à nos concitoyennes et concitoyens que la patronne du FN aurait fait évoluer les positions du parti d’extrême droite. Certes, elle dit ne pas stigmatiser le droit à l’avortement, mais elle fait concrètement tout pour qu’il soit remis en cause et difficile à faire respecter. Derrière un message qui se veut plus subtil, les positions traditionnelles du FN sur la famille ne changent pas sur le fond.
Combattre les idées du FN passe par un décryptage rigoureux et méthodique que nous ne manquerons pas de faire, car pour faire reculer l’extrême droite dans les urnes, il faut s’armer d’arguments et d’analyses afin de combattre efficacement des idées qui polluent depuis trop d’années la droite parlementaire.

08:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.