Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/01/2012

Hollande atterrit

hollande1.jpg

Le Front de Gauche a salué la dénonciation du monde de la Finance de François Hollande au Bourget.

L'atterrissage est brutal : ce soir sur France 2, François Hollande a malheureusement retrouvé ses accents et propositions rigoristes.

Tout part des mêmes sornettes que la droite : la dette représentant fin 2012 90% du PIB, explique-il, il faudrait diminuer les dépenses publiques dénoncées comme à l'origine des déficits. Ces deux présupposés sont faux : la dette ne représente que 12 % du PIB et est due à la diminution des recettes.


Coincé dans cette fausse logique, le candidat du PS a du coup un discours incohérent. Il espère la croissance tout en annonçant la rigueur. Il nie reprendre à son compte les fadaises libérales sur la baisse le coût du travail tout en l'organisant à coup de nouvelles exonérations et sans un seul mot pour les salaires.

Du coup on a cherché vainement des différences décisives avec les propositions d'Alain Juppé au cours d'un débat sans relief.

Sur le plan politique, François Hollande se heurte aux mêmes contradictions : il admet qu'il se désistera pour Jean-Luc Mélenchon s'il est en tête au 2ème tour, c'est un progrès, mais exclut toujours de débattre avec le Front de Gauche... Comprenne qui pourra.

Ce grand écart économique et politique a condamné ce soir François Hollande au surplace.

Pour aller de l'avant, la gauche n'a pas d'autre issue que la rupture avec un système qui fait faillite. C'est ce que propose le Front de Gauche. Malgré son refus, nous maintenons à François Hollande notre proposition d'en débattre. Ce serait salutaire pour toute la gauche.

Eric Coquerel, conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon

07:11 Publié dans COMMUNIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.