Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2010

Mélenchon: Les journalistes sont de "petites cerve...


Mélenchon: Les journalistes sont de "petites cervelles"
envoyé par ecoledejournalisme. - L'info video en direct.

07:40 Publié dans JEAN LUC MELENCHON | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

campagne d'adhésion

Présentation1.jpg

05:06 Publié dans ADHESION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Un étudiant en religion médiatique démasque un mécréant!

U ne certaine caste médiatique se déchaîne contre moi! J’ai commis le crime de lèse vache sacrée. Je suis donc mis au pilori médiatique. Il est  vrai qu'a force de dénoncer les méthodes d'Arlette chabot, je devais m'attendre à une réplique de la confrérie des griots. C'est fait! Dix jours après son tournage, un film pris sous le masque d'un travail "d'étudiant en journalisme" est diffusé sur la toile, suivi aussitôt d'une mise en une du "Monde.fr" et d'une dépêche AFP. Puis, par imitation, sans vérifications ni retenue, la dépêche passe sur tous les médias! Une belle opération. Mais l’arrosage se retourne contre les arroseurs. Je jubile. Une pluie de commentaires qui me sont favorables vilipende les utilisateurs de ce chef d’œuvre de manipulation. Vive le buzz! J'attends la consécration: la diffusion de cet important document sur France 2. Pourquoi pas une émission sur le sujet?

 Le 20 mars dernier, il y a 10 jours, avant le deuxième tour des élections régionales, à l’occasion d’une diffusion de tracts du front de gauche au village de Bercy, un « étudiant en journalisme » m’a interrogé. Je n’avais guère envie de répondre. Trop fatigué, trop pressé. Mais bon ! Allons-y. c’est un jeune, il apprend, faisons l’effort car on est tous passés par là. J’ai cru que c’était un étudiant. J’ai cru qu’il étudiait le journalisme. J’ai cru qu’il avait des enseignants qui s’occupaient de lui et parlaient avec lui de son travail et des règles de son métier! Non ! C’était une sorte de caméra visible/cachée ! Ruse. Au mépris de toutes les règles de ce métier, sans mon accord,  dire ou quoi comment, le film volé est mis en circulation… dix jours plus tard ! En fait je ne me plains pas. Vous allez voir pourquoi.

Donc, de façon spontanée et tout à fait innocente, dix jours après la prise de vue, parait spontanément sur internet un extrait de mon « entretien » avec cet « étudiant en journalisme ». Une meute se jette sur moi et consacre à cet « entretien » au contenu, d’une importance fondamentale, la une de leur site. Il s’agit bien sur de me disqualifier. Car sinon quel intérêt à un tel document ?  Il y a même une dépêche de l’AFP selon laquelle je déclarerai que le métier de journaliste est «un métier pourri» ! Tel quel, hors contexte, une fois de plus ! Une dépêche de l’AFP ! Cela revient à faire d’une phrase dans un film d’amateur une déclaration officielle de ma part. Savoir qui a écrit cette dépêche nous assurera sur les motivations de son auteur(e). Aussitôt, tous mes autres «amis» sont là pour relayer la nouvelle : « le monde.fr », le nouvel «obs.fr», et cerise sur le gâteau, même «Ouest France» qui comme chacun le sait suit toujours avec beaucoup d’intérêt mes prises de position! Et même le journal de LCI s’ouvre sur l’évènement !

Vous avez compris le mécanisme. On sort un bout de film sans donner aux visionneurs une indication de contexte ni d’origine. Le site « le monde.fr » valide. Ca classe. Aussitôt une dépêche sort. Ca devient une info pour toute la presse comme si j’avais fait une déclaration officielle. Personne ne vérifie rien. Le reflexe pavlovien fonctionne. La corporation est outrée. Haro sur l’iconoclaste ! Que n’ont-ils téléphoné à Robert Ménard et "Reporter sans frontière" pour terminer le tableau ! Comme je suis en congés, je ne peux pas me rendre compte de tout l’impact de l’affaire. Mais je suis enchanté. Tout simplement enchanté.

Pour moi c’est un buzz inespéré dans une semaine où je ne suis pas là du fait de mes congés. Mais, plus sérieusement, l’incident m’intéresse. Je crois que nous pouvons en profiter si nous l’utilisons correctement. Que l’occasion fasse les larrons. C’est surtout un exercice de démonstration par la preuve de ce que j’avance à propos des dérives de ce métier. Car cette vidéo a immédiatement suscité, m’a-t-on dit, des centaines de témoignages qui me donnent raison et dire que cette profession est en train de sombrer. Il est très important, pour la lutte que nous menons, de faire en sorte que les gens se décomplexent à l’égard des médias et rétablissent un rapport critique à ceux-ci.(lire la suite…)

04:41 Publié dans JEAN LUC MELENCHON | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

30/03/2010

68 % des salariés pour de nouvelles mobilisations

L’Humanité mardi 30 mars 2010

manif.jpg

Une enquête exclusive CSA pour l’Humanité indique l’attente combative du monde du travail après le succès de la journée du 23 mars.

La réunion de l’intersyndicale, ce soir, pourrait décider de nouvelles initiatives unitaires en faveur des revendications. Après l’ampleur inattendue de la mobilisation, le 23 mars, qui avait rassemblé, selon la CGT, 800 000 participants dans plus de 180 manifestations, les salariés semblent en redemander. L’enquête réalisée par CSA pour l’Humanité indique que 63 % de Français souhaitent que les syndicats appellent à poursuivre. L’intersyndicale se réunit ce soir. Elle devra examiner les suites à donner à cette journée interprofessionnelle d’action dans une situation nouvelle après les élections régionales, qui ont sonné comme un désaveu de la politique de Nicolas Sarkozy, et les annonces gouvernementales refusant toute pause dans les réformes antisociales. Les 5 syndicats signataires de l’appel pour le 23 mars, la CGT, la CFDT, l’Unsa, Solidaires et la FSU, y seront, ainsi que la CGC-CFE. La CFTC, pour sa part, souhaite y participer en simple observateur. « Il est trop tôt, selon nous, pour parler de mobilisation à propos des retraites, explique Gabrielle Simon, qui représente la confédération chrétienne. Le moment venu, s’il faut mobiliser, la CFTC en sera. » Force ouvrière continue à faire cavalier seul et ne sera sans doute pas présente. Le 23 mars, elle avait appelé à une mobilisation, mais de son côté.

L’enquête de CSA constitue, pour l’intersyndicale, à la fois un encouragement à se mettre d’accord sur des perspectives d’action et une obligation de parvenir à dégager des initiatives communes. Il faut noter qu’avec 63 % de personnes qui souhaitent aujourd’hui que les syndicats appellent à poursuivre les mobilisations, on se trouve à un niveau supérieur aux 61 % qui répondaient ainsi à la même question posée au lendemain de la première grande mobilisation unitaire de l’an dernier, le 29 janvier 2009. La décision de l’intersyndicale avait été alors la journée du 19 mars 2009, qui avait mis 3 millions de salariés dans la rue. Si on regarde plus en détail, les salariés sont 68 % à souhaiter une poursuite des mobilisations, 84 % pour ceux du public et 63 % dans le secteur privé. Les ouvriers sont 72 % et les employés 75 % à souhaiter que les syndicats prennent de nouvelles initiatives. (…)

Olivier Meyer

Tous les commentaires du sondage avec l’analyse de Nadine Prigent qui représente la CGT à l’intersyndicale dans l’Humanité de mardi 30 mars.

 

07:34 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29/03/2010

Jaffa la mécanique de l'Orange

Un film plus que jamais d'actualité, à l'heure ou l'entreprise Agrexco qui exporte les oranges de Jaffa tente de s'implanter à Sète avec la complicité de la Région Languedoc Roussillon

 

Projection en avant première de Jaffa la mécanique de l'Orange le 31 mars 2010 à 20h30 à Cendras, Salle polyvalente.

Tract Orange 1.jpg

 

 

07:30 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Proposition de loi des parlementaires du PG

 Proposition de loi des parlementaires du PG sur « les situations de handicaps »

handicap.jpg

 

Cinq ans après l'adoption de la loi du 11 février 2005 dite « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », chacun constate que les situations de handicap ne se réduisent pas et que les inégalités s'aggravent. Les dérogations se multiplient pour contourner l'obligation de mise en accessibilité des bâtiments d'habitation ou de travail.

Quant aux ressources, on compte actuellement 848 000 titulaires de l'allocation aux adultes handicapés dont le montant mensuel à taux plein, au 1er septembre 2009, se monte à 681,63 euros. Il sera augmenté à 696,63 euros à compter du 1er avril 2010, puis à 711,95 euros à compter du 1er septembre de cette année. Il restera donc en dessous du seuil de pauvreté qui atteint environ 880 euros, alors que les mesures de régression sociale prises par le Gouvernement frappent de plein fouet les personnes en situations de handicap: franchises médicales, augmentation du forfait hospitalier, augmentation des mutuelles, fiscalisation des indemnités journalières perçues par les victimes du travail.

Le Parti de Gauche soutient l'initiative du collectif « Ni pauvre, ni soumis » (NPNS), regroupant près de 100 associations nationales deux ans après la marche vers l'Elysée et qui appelle ce samedi 27 mars 2010 à manifester à travers la France pour demander la création d'un revenu d'existence égal au SMIC brut pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes.

Dans ce contexte, les parlementaires du Parti de Gauche, Martine Billard à l'Assemblée nationale et Marie-Agnès Labarre au Sénat ont déposé jeudi 25 mars 2010 une proposition de loi « relative à la définition des situations de handicap, à l'accessibilité du cadre bâti, et aux ressources des personnes en situations de handicap ».

La proposition de loi vise notamment à empêcher (ou limiter autant que faire se peut) les dérogations à la mise en accessibilité du cadre bâti existant ou neuf et de la voirie et à mettre en place un revenu de remplacement égal au SMIC brut - en substitution de l'AAH - pour les personnes reconnues comme ne pouvant pas travailler pour des raisons physiques, psychiques ou mentales, indépendamment des revenus du conjoint, au même titre que les pensions d'invalidité.

03:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28/03/2010

Jean Luc Mélenchon dans les Medias

Mercredi 24 mars Jean-Luc Mélenchon était invité à réagir sur France Info suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy


Jean-Luc Melenchon, parti de gauche, 24032010
envoyé par FranceInfo. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

17:32 Publié dans JEAN LUC MELENCHON | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

27/03/2010

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon au 2nd tour des Régionales

Le 21 mars 2010 au soir, Jean-Luc Mélenchon président du Parti de Gauche analyse les résultats du 2nd tour des régionales : la volonté du peuple s'est exprimée et le pouvoir de droite qui veut rester sourd à son message entre dans une grave zones de turbulences. La gauche rassemblée aujourd'hui contre la droite doit travailler et clarifier ses positions, car elle doit se préparer à être le recours dans les crises qui se préparent.
Déclaration de Jean-luc Mélenchon au 2nd tour des régionales
envoyé par Ensembleagauche. - L'info video en direct.

03:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

OGM

ogm.jpg

La Commission Européenne vient d'autoriser la culture de plantes génétiquement modifiées, plaçant les profits du lobby OGM avant les préoccupations sanitaires des citoyens.

Cédant au lobby pro-OGM, la commission a ignoré l'avis de 60% des Européens qui estiment que nous devons d'abord établir les faits avant de cultiver des plantes qui pourraient menacer notre santé et notre
environnement.

Une nouvelle initiative permet à 1 million de citoyens européens de présenter officiellement des propositions de loi à la Commission Européenne.

Rassemblons un million de voix pour demander un moratoire sur les plantes OGM jusqu'à ce que la recherche soit menée à terme. Cet appel sera remis au Président de la Commission Européenne Barroso.

Les associations de défense des consommateurs,  de l'environnement, de la santé publique et les syndicats paysans se mobilisent depuis longtemps contre l'emprise exercée par les multinationales productrices d'OGM sur l'agriculture européenne. Les préoccupations liées à la culture de plantes
génétiquement modifiées incluent : la contamination des cultures biologiques et du reste de l'environnement; l'impact sur le climat en raison d'un besoin excessif en pesticides; la destruction de la
biodiversité et de l'agriculture locale; et enfin les effets des plantes OGM sur la santé.

Certains Etats membres de l'Union ont fait part de leur vive opposition à la décision prise il y a quelques jours et qui autorise la culture de la pomme de terre produite par BASF et de variétés de maïs Monsanto.
L'Italie et l'Autriche s'y opposent et la France a demandé la poursuite de la recherche scientifique.

Il n'y a toujours pas de consensus quant aux effets des OGM sur le long terme. Et c'est l'industrie des OGM, faisant passer le profit avant la santé publique, qui finance la recherche scientifique et influence le cadre réglementaire. C'est pour cela que les citoyens européens réclament l'indépendance de la recherche et davantage de tests et de précautions avant que ces plantes ne soient dispersées dans la nature.

Aujourd'hui, "l'Initiative Citoyenne Européenne" donne à 1 million de citoyens européens la possibilité de soumettre à la Commission Européenne des propositions de loi  et nous offre une chance unique de contrer l'influence des lobbyistes.

Faisons entendre 1 million de voix pour obtenir un moratoire sur l'introduction de plantes génétiquement modifiées en Europe et mettre en place un organisme éthique et scientifique indépendant chargé de mener à bien la recherche et la régulation des OGM.

Signez la pétition maintenant et diffusez largement l'appel:
http://www.avaaz.org/fr/eu_health_and_biodiversity/?vl


03:10 Publié dans ECOLOGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Déclaration du PG sur les exécutifs Régionaux

4176235_8647139956_m.jpg

Les Conseillers régionaux du Parti de Gauche élus le 21 mars ne participeront pas aux exécutifs régionaux. Dans le Limousin et le Nord Pas de Calais, les élus du PCF ont pris une décision identique. Nous respectons ainsi le texte du 28 octobre qui a constitué la base du protocole national d’accord des listes « Ensemble pour des régions à gauche » et/ou Front de Gauche.

Dans ce texte, les partis signataires de cet accord disaient leur « volonté de porter des projets de transformation sociale réelle dans les régions. Si les conditions en sont créées nous pourrons travailler à leur mise en œuvre jusque dans les exécutifs régionaux car la gestion des régions s’envisage comme un moyen d’atteindre nos objectifs. Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible. Il s'agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer. Cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d’une quelconque organisation de droite. » (lire la suite…)

02:23 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Déclaration du Secrétariat National du PG suite aux élections régionales

4176235_8647139956_m.jpg

Le résultat des régionales vient d'effacer politiquement la victoire de Sarkozy en 2007. Trois ans après son large succès à la présidentielle, la droite enregistre une déroute électorale (35% des voix) qui est sans précédent depuis 1958. Elle est décimée. D'abord par l'abstention qui fait un retour en force puisqu'elle n'avait jamais été aussi élevée lors d'une élection régionale. Ensuite par le glissement d'une partie de son électorat qui retourne à l'extrême droite. Le Front National, qui a profité du débat sur l'identité nationale et plus largement des déclarations répétées de dirigeants de l'UMP flirtant avec le racisme et la xénophobie, dépasse 11% des voix au premier tour, et 17% au second là où il a pu se maintenir. Dorénavant, la droite des beaux quartiers contribue aussi à cette poussée. Symbole de cette déroute, la droite est battue par la gauche dans son fief des Hauts-de-Seine pour la première fois depuis la création de ce département. Et l'UMP est devancée par le FN dans le Pas-de-Calais. (Lire la suite…)

02:17 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

26/03/2010

Communiqué de presse

bandeau.png

Communiqué de presse

26 mars 2010

Lors de la première séance du conseil Régional, de ce vendredi 26 Mars, nous constatons que le président du conseil régional a confirmé son orientation contraire à une véritable politique de Gauche. En effet, il a affirmé qu’au lieu de combattre la mondialisation libérale, il souhaite s’y adapter. Il nous a présenté sa politique économique basée exclusivement sur le tourisme, en affirmant qu’il n’existait aucun autre avenir à notre région. Toutes ces déclarations sont contraires à nos valeurs et à nos projets, notamment de relocalisation des activités, défendus pendant la campagne électorale.

Nous constatons aussi l’intégration de l’opposition républicaine et du Front National dans la commission permanente du conseil régional. Outre son coût financier, cela dénote une volonté de collaborer avec la droite et l’extrême droite.

Les candidats de À Gauche Maintenant, bien que n’ayant aucun élus à cause du système électoral actuel, représenteront leurs électeurs tout le long du mandat, en exerçant une vigilance publique et républicaine sur les décisions du conseil régional, et en promouvant sur le terrain les mesures et les projets qu’ils ont défendu dans la campagne.

En vous remerciant,

René Revol

À Montpellier, le 26 Mars 2010.

 

20:21 Publié dans CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC ROUSSILLON | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

manif 23 mars Paris

20:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

message René Revol

bandeau.png

25 mars 2010

Madame, Monsieur, cher (e)s ami(e)s et camarades,

Au terme de cette élection régionale en Languedoc Roussillon, je veux d’abord remercier les 76 414 électeurs qui ont accordé leur confiance à la liste A gauche Maintenant !, que j’ai eu l’honneur de conduire en partenariat avec François LIBERTI, David HERMET et tous les colistiers représentant tout l’arc de la gauche de transformation sociale et écologique (PCF, PG, NPA, Alternatifs,GU, FASE, MPEP, OC, syndicalistes et militants associatifs). Par ce message je voudrais soumettre au débat des éléments de bilan et des propositions pour l’avenir.

 

Au plan national, nous avons assisté à une forte mobilisation électorale qui a infligé une défaite cuisante à Sarkozy et à ses candidats. Ces derniers ont moins que jamais une légitimité à avancer leurs « réformes » dévastatrices.

 

En marginalisant le MODEM et en faisant émerger l’autre gauche à plus de 10% (avec un Front de gauche à 7%), les électeurs ont pour l’instant bloqué une dérive centriste du PS et ouvert la perspective d’une rupture à gauche avec la politique de Sarkozy. C’est une base pour l’avenir. Il n’a par ailleurs échappé à personne ce qui s’est produit dans le Limousin : le refus par le PS de l’union avec la liste Front de gauche-NPA a conduit les électeurs à renforcer la gauche de rupture qui est passée entre le 1er et le second tour de 13 à prés de 20%. Battre la droite, c’est aussi refuser les oukases pour changer la gauche. (lire la suite…)

07:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Explications de vote de Jean-Luc Mélenchon

europe.jpgExplications de vote de Jean-Luc Mélenchon
Délégation Front de Gauche - Parti de Gauche
Groupe GUE/NGL

 

Sur les répercussions de la crise mondiale sur les pays en développement et l'aide au développement
(A7-0034/2010 Rapport Guerrero Salom)

Ce texte a pour lui le mérite de recommander l'établissement d'un moratoire sur la dette et l'annulation de celle-ci pour les pays les pauvres, de prôner la souveraineté alimentaire et de s'engager en faveur du respect de l'OIT. Mais ceci ne compense pas le fait qu'il se place
résolument dans le cadre du marché carbone et de la croissance verte et qu'il prêche pour le libre échange et la multiplication des services financiers.

Ce texte avalise la logique implacable du dogmatisme libéral. Il est donc nuisible. Je vote contre.


 Sur les priorités budgétaires pour 2011
(A7-0033/2010 Rapport Jedrzejewska)

Je vote contre ce rapport sur les priorités budgétaires pour l'exercice 2011. Celui-ci met en œuvre les politiques dogmatiques et néfastes de l'eurocratie que je combats partout en Europe et dans le Monde.  Je ne peux pas décemment voter pour un budget qui entérine tant de catastrophes en puissance

 

Sur Mobilisation du Fonds d'Ajustement à la Mondialisation (FEM) suite aux licenciements massifs dans les secteurs du textile et de l'ameublement en Lituanie
(Rapports A7-0048/2010 et A7-0047/2010 Barbara Matera)

C'est en pensant aux travailleurs lituaniens sacrifiés sur l'autel de la mondialisation que je m'abstiens. Dans la situation où les plongent les conséquences des politiques néo libérales prônées par l'Union européenne, on pourrait se sentir le droit de voter contre l'aumône dérisoire, que les élites européennes veulent bien leur accorder. Mais le peu qui est donné
peut soulager leur peine. La logique du Fonds européens d'Ajustement à la Mondialisation n'en est pas moins intolérable. Au royaume des eurocrates, la bonne conscience s'achète à bas prix (lire la suite…)

03:55 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

25/03/2010

Taxe Carbonne fin d’une impasse Ecologique et sociale

taxe-carbone-abandon.jpg

Mercredi, 24 Mars 2010 14:16 Martine Billard

« La taxe carbone est une réforme aussi importante que la suppression de la peine de mort ». Ainsi s'exprimait il n'y a pas si longtemps Nicolas Sarkozy. La raclée subie par l'UMP aux élections régionales aura eu raison de cette soi-disant réforme « historique ». Au moment où est annoncée pour le 1er avril une hausse de 9,5% du prix du gaz, le Parti de Gauche ne pleurera pas la disparition de la taxe carbone qui était inefficace écologiquement et socialement injuste.

Sans la censure du Conseil constitutionnel qui a rappelé le principe d'égalité devant l'impôt, ce sont principalement les ménages qui auraient été mis à contribution, alors même que les industries sont responsables de 93 % des émissions de gaz à effets de serre.

L'obligation ainsi faite au gouvernement de taxer les principaux pollueurs a eu raison de ses pseudo velléités écologiques, montrant ainsi que ce qui intéresse le plus Sarkozy est, comme d'habitude, le paraître plutôt que l'agir, les profits des copains plutôt que l'intérêt général.

Les défis de la lutte contre le réchauffement climatique restent entiers. Il n'y a pas grand chose à attendre d'un président qui a poussé ce cri du cœur « l'environnement ça commence à bien faire! »..., et d'une majorité qui continue à réclamer toujours plus d'autoroutes et d'aéroports et qui refuse toute reconversion des secteurs les plus émetteurs de GES comme les transports routiers.

C'est d'une écologie sociale dont notre société et la planète ont besoin. Or, le seul message de l'allocution de Sarkozy, c'est « cap à droite et adieux l'environnement ».

03:05 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

24/03/2010

texte écrit et prononcé par Jean Ferrat

Texte écrit et prononcé sur la Place d'Entraigues (en Ardèche) le 16/08/1997, au cours du BANQUET REPUBLICAIN''

Présentation1.jpg

04:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

23/03/2010

Réunion publique Uzès

Mercredi 24 mars

 

Réunion publique sur l'avenir des retraites

Mairie d’Uzès - salle Racine - 18h30

En présence de  Sylvie Brunol, membre du collectif confédéral retraite de la C.G.T.

 

13:09 Publié dans Débat/Forum | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les conditions de la soirée électorale sur France Télévision

arton404.jpg

Je suis indigné par les méthodes lamentables du prétendu service public télévisuel à l'occasion de cette soirée électorale.

France 2 comme France 3 ont décidé de m'éliminer au dernier moment de leurs plateaux, où j'étais pourtant invité depuis plusieurs jours, à 20h sur France 2 et à partir de 20h30 sur France 3. En bloquant ainsi indument mon agenda pour cette soirée électorale, France Télévisions m'a empêché de pouvoir m'exprimer sur d'autres médias auxquels j'avais renoncé pour être présent sur France 2 et France 3.

France télévisions n'a ainsi accueilli en plateau que l'UMP et le PS, tout le reste du paysage politique étant éliminé du débat, à l'exception de dérisoires et éphémères duplexs.

France Télévisions a poussé la grossièreté jusqu'à justifier ces plateaux dualistes en raison de la grève qui affectaient ses services. C'est une imposture. Sur le plateau de France 3, on pouvait par exemple observer la présence de 4 invités (2 PS, 2 UMP + 2 chaises vides dont celle où je devais me trouver!). Pourquoi opter pour un tel plateau, alors qu'une place aurait parfaitement pu être faite à un intervenant du Front de Gauche comme cela était prévu au départ ?

Ce nouvel incident s'ajoute à une triste succession. Après m'avoir éliminé de ses écrans pendant toute la campagne électorale jusqu'au 1er tour, et avoir annulé à 4 reprises mon invitation à sa matinale des 4 Vérités, France 2 a une nouvelle fois (la 5ème) annulé ma participation à cette matinale mercredi dernier, alors même que celle-ci m'avait été confirmée par écrit. Quant aux antennes régionales de France 3, elles avaient également éliminé les candidats du Front de Gauche de leurs débats contradictoires dans plusieurs régions, aussi bien pendant la campagne que lors des soirées électorales.

Par ces choix déplorables, France Télévisions piétine le pluralisme politique qui devrait être au cœur du travail du service public audiovisuel.


07:58 Publié dans JEAN LUC MELENCHON | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

La République

liberte_revolution_francaise.jpg

L'origine latine permet de comprendre quel projet politique se trouve derrière ce mot : Res Publica, c'est-à-dire la « chose publique » ou plutôt le « bien commun ». La République est un projet politique qui a pour ambition faire œuvrer les individus pour leur bien commun. Mais comment est-ce possible lorsque les être humains qui composent la société ont des croyances et des idées contradictoires ? Comment est-ce possible lorsque la société est divisée en classes sociales opposées les unes aux autres et dont l'appartenance détermine pour chaque individu une grande partie de ses propres intérêts ?

La République est une revendication des classes les plus populaires contre l'ordre injuste de la société : République et Révolution sont liées depuis 1792 en France. Sous l'Ancien Régime, le pouvoir de décider pour tous est un privilège du clergé, de la noblesse et de la famille royale. L'immense majorité de la population se définissait alors par l'appartenance à un corps de métier ou à une communauté villageoise. En abolissant la monarchie, les républicains ont ouvert à tous l'espace où s'exprime la volonté de décider pour l'ensemble de la communauté. Dans ce nouvel espace conquis, les individus y deviennent citoyens : ils ne sont plus les sujets du roi et ils ne sont plus enfermés dans l'identité que leur a donnée l'appartenance à un métier, à une origine, à un groupe. La République est donc émancipatrice car elle délie la politique du social « pour lui donner cette dimension d'universalité libératrice qui élève chaque individu au-dessus de sa particularité, sans le conduire pour autant à la renier » (Henri Pena-Ruiz).

En République, les citoyens décident que la puissance publique doit se soumettre à leur volonté d'hommes libres et émancipés. L'Etat n'est plus la propriété de quelques uns mais le moyen d'agir pour le bien commun. C'est pourquoi la loi, par sa valeur universelle, est l'outil utilisé pour imposer l'intérêt général face aux intérêts particuliers. La somme de ces intérêts particuliers ne forment pas l'intérêt général car ils sont contradictoires entre eux et entrent en concurrence. De même que la volonté générale ne peut être divisée en plusieurs intérêts particuliers, la République est indivisible. Elle aussi laïque car elle préserve la sphère publique de la concurrence entre croyances. Elle unit les citoyens par un lien politique d'autant plus fort qu'il est librement consenti.

Le colonialisme de même que l'hyperprésidentialistation n'invalident pas le projet républicain. Quand les principes républicains sont réellement respectés, quand la loi vise à défendre l'intérêt général indépendamment des intérêts particuliers, la République permet aux individus de s'émanciper de leur condition première. Liberté et Egalité ne sont plus alors des mots illusoires et la Fraternité entre tous les membres de la Nation, quelque soit l'origine ou l'appartenance de chacun, devient possible.

 

03:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

22/03/2010

Communiqué de René Revol

haut affiche.jpg

Après le deuxième tour des élections régionales


Communiqué de René REVOL, tête de liste de la liste « A gauche Maintenant !»
22 mars 2010


Les électeurs ont confirmé à l’échelle nationale leur vote du 14 mars en infligeant une lourde défaite à Sarkozy et à ses candidats. En Languedoc Roussillon dans un contexte où les listes de gauche (représentant 25% des exprimés du 1er tour) ne pouvaient pas être présentes au second tour, les
électeurs ont majoritairement utilisé le bulletin « Frêche » pour manifester leur volonté de sanctionner la droite. On constate cependant qu’avec une participation très faible de 44% et une poussée des bulletins nuls et blancs, la liste Frêche n’est élue que par un peu plus de 20% des inscrits, ce qui pèsera sur la légitimité de son action.

Nous constatons que dans la région Limousin où une liste unitaire autour l’alliance Front de Gauche-NPA, s’est maintenue suite au refus du PS de l’intégrer dans la liste du second tour, cette liste de la gauche de transformation sociale est passée de 13% au premier tour à prés de 20% au second tour !

Les questions vitales auxquelles sont confrontés nos concitoyens demeurent : chômage, précarité, destruction des services publics et de la protection sociale. Dans ce contexte le rassemblement qui s’est constitué dans la liste « A gauche maintenant ! » et qui a fièrement représenté dans cette élection
une gauche authentique et fidèle à un objectif d¹émancipation et de transformation sociale, est décidé à poursuivre son action : nous le ferons en mobilisant citoyennes et citoyens sur les projets que nous avons portés dans cette campagne électorale : relocalisation des activités contre la mondialisation capitaliste, défense des services publics, retour en régie publique de l’eau, défense de la démocratie locale contre la réforme des collectivités territoriales

Dés le 23 mars nous serons dans la rue avec les salariés et les retraités contre la réforme des retraites, pour l’emploi et le pouvoir d’achat.
Nous donnons rendez vous à tous à notre local de campagne (7 place de la comédie à Montpellier) ce 23 février à partir de 17h 30 pour une rencontre conviviale et fraternelle pour marquer à la fois la fin de notre campagne électorale et le début de nos nouvelles actions unitaires.

René Revol.

communiqué René Revol 22 03 2010.pdf

 

18:27 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Révoltes populaires : Mémoires et Perspectives

Présentation1.jpg

07:32 Publié dans CONFERENCES - DEBATS | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21/03/2010

retraites

Présentation1.jpg

08:29 Publié dans MANIFESTATION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

MISSION PARLEMENTAIRE SUR LE VOILE INTEGRAL

djemila.jpglundi 30 novembre 2009, par Djemila Benhabib,

Auteur de « Ma vie à contre-Coran ».

   
Mesdames les sénatrices, Mesdames les présidentes,  Mesdames et Messieurs les dignitaires,  Chers amis,
 
Merci mille fois de ce  grand honneur que vous me faites, aujourd’hui, de me consacrer parmi les Femmes debout et de  permettre à ma voix, celle d’une femme de culture musulmane féministe et laïque de résonner dans cette prestigieuse institution de la République. Merci à vous, mes amies de Femmes solidaires et de la Ligue du droit international des femmes pour votre travail acharné, permanent et indispensable que ce soit dans les quartiers, auprès des femmes victimes de violences et discriminations, des sans papiers ou encore au sein des politiques et des instances onusiennes.

C’est dire que c’est ici, localement que prend racine le travail pour les droits des femmes pour se répercuter à l’échelle internationale. C’est dire aussi que la Marche des femmes pour la liberté et l’égalité est une et indivisible. Lorsqu’une femme souffre dans un quelconque endroit de  la planète, c’est notre affaire à toutes et à tous. Merci de nous faire sentir de mille façons que nous sommes les maillons d’une même chaîne.

Voilà encore quelques années, je n’aurais jamais imaginé que ma vie de femme, que ma vie de militante serait si intimement liée au féminisme et à la laïcité. Je vous surprendrai peut-être en vous avouant que je ne suis pas devenue féministe en tournant les pages du Deuxième Sexe, ni en me plongeant dans ce magnifique roman d’Aragon Les Cloches de Bâle, où il était question entre autres de Clara Zetkin et de Rosa Luxembourg, deux figures de proue du féminisme et de la paix dans le monde. Je ne suis pas devenue laïque en m’abreuvant de Spinoza, de Ibn Al-Arabi, de Descartes, de Ibn Khaldoun, ou de Voltaire, mon maître. Absolument pas.

J’aurais pu tourner mon regard ailleurs pour me perdre dans cette enfance si heureuse que j’ai eue dans une famille généreuse, cultivée, ouverte sur le monde et sur les autres, profondément engagée pour la démocratie et la justice sociale. J’aurais pu m’égarer dans la beauté de cette ville qu’est Oran où il faisait si bon vivre au bord de la mer. Cette ville qui a propulsé la carrière littéraire d’Albert Camus, avec son célèbre roman La peste, jusqu’au Nobel de littérature. (Lire la suite…)

08:19 Publié dans DEMOCRATIES & LIBERTE | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

20/03/2010

.

Présentation1.jpg

14:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Votre prise de position en faveur de Frêche au 2ème tour des élections régionales

LETTRE OUVERTE AUX 105

par Claude Mazauric

Je reviens à vous parce que votre prise de position en faveur de Frêche au second tour des élections régionales, blesse profondément ma conviction de ce que doit être la justesse en politique et l’idée que je me fais de la responsabilité morale d’un(e) élu(e) communiste, désigné(e) par son parti pour affronter victorieusement le suffrage, dit « universel ». Certes, modeste historien et simple citoyen adhérent du parti communiste français depuis cinquante-huit ans, je ne suis pas plus dépositaire de la norme que tout autre et, si d’ailleurs je l’étais, je ne l’imposerai à personne me contentant simplement, comme militant, d’en appeler au respect des principes. Mais, face à la rudesse d’un débat clarificateur qui ne fait que commencer, je revendique ma libre parole, publique le cas échéant, à laquelle vous répondrez si vous le pouvez, si vous l’osez.

Avez-vous oublié à quel type de politicien se rattache le sieur Frêche ? Ici, ailleurs, à la télévision, dans les gazettes, on le présente quelquefois comme une sorte de Raimu languedocien, à la parole truculente, aux parler vrai, à la manière de tout un chacun, un poussah à la larme facile, au cœur généreux, à la faconde toute pagnolesque. Poussant loin le bouchon, Alary lui a même offert, en supplément, la qualité de « visionnaire » ! On attend que vienne le moment terminal du culte de la personnalité… Lequel ne devrait pas tarder au vu des articles hagiographiques de Midi-Libre et des déclarations de Pietrasanta et de Gayssot.(lire la suite…)

14:05 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

journée du 23 mars 2010

haut affiche.jpg

 

Le Mardi 23 mars 2010, journée de grèves et de manifestations pour défendre : les retraites, les emplois …

 

Uzès : 10h à l’Esplanade

Nîmes : 15h à la Maison Carrée

07:30 Publié dans MANIFESTATION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

NOUVEAU CYCLE

4176235_8647139956_m.jpg

Le premier tour des régionales vient de faire sortir le pays de la trajectoire politique ouverte par l'élection présidentielle de 2007. En trois ans seulement, la participation record est devenue abstention record. La nette victoire de Sarkozy a laissé place à une désaffection historique de ses électeurs. Le surgissement du Modem s'est transformé en effondrement. Et alors que la candidate PS de 2007 cherchait l'alliance avec le Modem, les clins d'œil aux « démocrates » ont disparu des propos d'Aubry et Cohn-Bendit dès la soirée électorale de dimanche.

La nouvelle période qui s'ouvre est d'abord marquée par le retour au premier plan de la crise politique. L'assise du pouvoir est plus faible que jamais. Le rejet de sa politique s'exprime en premier lieu par l'abstention. Le vote vient seulement en second. On sait au terme de la campagne combien le vote PS a été majoritairement un vote par défaut. Le doute sur la capacité de la gauche, spécifiquement celle du PS, à gouverner autrement n'est pas réglé. Enfin, le succès du PS est aussi un contre-pied. Car ce n'est pas l'alliance prévue avec le Modem qui se réalise. C'est le retour à l'union de la gauche que ce parti décrétait dépassée. D'ailleurs c'est seulement en provoquant une triangulaire lamentable dans le Limousin que le PS qui lorgnait vers le Modem évite de se retrouver allié avec... le NPA !

Ce nouveau cycle est aussi caractérisé par une nouvelle géographie à gauche. Europe Ecologie est à la croisée des chemins. Elle n'est passée devant le PS dans aucune région. La voie de la recomposition au centre lui semble coupée. Reste son statut de deuxième force à gauche. Que va-t-elle en faire ? Une alliance privilégiée avec le PS, troquantla renonciation à un candidat à la présidentielle contre un petit volant de députés élus avec son appui ? Le recul électoral enregistré dimanche conduit de nombreux responsables Verts ou Europe Ecologie à prôner la revente rapide d'une récole électorale qui pourrait s'avérer périssable. Mais le débat est ouvert dans cet espace politique dont l'hétérogénéité s'est accrue depuis les européennes au lieu de se réduire.

Enfin, le Front de Gauche s'enracine. Nous sommes les seuls à avoir progressé en voix tout au long du cycle qui s'achève. Nous entrons donc dans le suivant en dynamique ascendante. L'adhésion est bien présente, souvent au-delà de nos électeurs. Reste à conquérir la crédibilité électorale. Celle qui nous donnerait aux yeux du plus grand nombre le statut d'un « vote utile ». C'est le déclic qui a manqué dans l'élection pour transformer notre progression en une poussée qui nous aurait permis de passer en tête. Il faut dire que nous avions la difficulté d'affronter des sortants de gauche. Europe Ecologie n'y a pas résisté alors que le Front de Gauche a tenu bon. Pour autant, le Front de Gauche n'est pas encore suffisamment fort pour se permettre des faiblesses. Ainsi chaque division du PCF a coûté cher, en Picardie, en Seine-Saint-Denis, en Pays-de-Loire... Ainsi chaque fois que nous sommes peu implantés, nous sommes emportés par le laminoir du « vote utile ».

De tout cela il faudra faire un bilan précis et détaillé. L'harassement de l'entre-deux tours ne nous en laisse pas le loisir. Le premier tour ne s'est finalement terminé que mardi dernier à 18h ! Il aura fallu batailler ferme pour obtenir que le PS respecte le vote des électeurs. Nous n'avons pas présenté des listes autonomes pour nous soumettre au « vainqueur ». Pas de rapports féodaux à gauche ! Le PG ne connaît qu'un seul maître, le suffrage universel. Lorsque nous fusionnons avec la liste de gauche arrivée en tête au premier tour, nous le respectons. Nous ne nous soumettons à personne. Nous exigeons donc que le PS respecte le vote des électeurs qui ont fixé notre poids dans la gauche rassemblée. Cette fermeté a payé puisque la fusion proportionnelle a été effective presque partout. A quelques tristes exceptions. En Picardie, le président sortant a instrumentalisé les oppositions entre communistes pro-Hue, pro-Gremetz et pro-Buffet pour nous éliminer du second tour. En Limousin, le PS provoque une triangulaire. Fort heureusement, la droite ne peut l'emporter et les électeurs de gauche pourront voter sans réserve pour la liste Front de Gauche-NPA. Ailleurs nous soutiendrons les listes de la gauche rassemblée afin de terminer le travail si bien commencé au premier tour, qui permet d'espérer que dimanche prochain un vote de gauche unitaire et sans ambigüité balaye la droite dans tout le pays.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Position Martine Gayraud - 2ème tour

Nîmes le jeudi 18 mars 2010

 

Philosophiquement la politique c’est la gestion non guerrière, je tiens beaucoup à ce terme, des alliances et des rapports de force, pas seulement entre individus mais à l’échelle de toute la société. C’est l’art de vivre ensemble dans un même état ou une  même cité (polis en grec), on ne peut donc pas s’en passer malgré les efforts considérables du capitalisme pour faire disparaitre l’affrontement des idées, lui enlever son pouvoir afin que la loi du marché guide le monde. Nous en sommes là aujourd’hui et nous avons plus que jamais besoin de faire de « la politique », mais au-delà des idées, ce qui est aussi important en politique c’est le « comment » : comment on fait « la politique », quel comportement on développe, c’est pour cette raison qu’il faut rejeter avec force cette politique spectacle, ces hommes ou ces femmes politiques qui se vendent comme de la lessive, l’hyper présidentialisme, à Paris comme en région, ceux et celles qui développent l’idée que l’on peut se passer des partis, de leur réflexions et décisions collectives.

Dans la France d’aujourd’hui, il faut défendre encore plus nos valeurs face au danger du populisme, des idées d’exclusion, de racisme, surtout au moment où il y a un recul des consciences, un recul de la « politique » au sens noble du terme.

C’est pour toutes ces raisons que je m’oppose à Georges Frêche et que je n’appelle pas à voter pour lui. Je ne partage pas sa vision de la politique, sa façon de la faire vivre, je m’oppose à son populisme sur lequel il a « surfé » au 1er tour, et je sais qu’au 2ème il veut pouvoir se venter d’avoir rassemblé la gauche en ayant le soutien des partis qu’il méprise, et bien je lui dis non, les communistes sont attachés aux valeurs de gauche, ils continueront à les porter et les défendre, ils sont attachés à leur parti qu’ils ne veulent pas voir disparaitre même si lui en rêve, ils sont attachés à la lutte qu’ils mènent pour une gauche de rupture et de résistance face aux capitalismes triomphants d’aujourd’hui, face à Nicolas Sarkozy, face à la montée du FN, ils lui disent non il ne faut pas se plier à la loi du marché, oui il faut défendre la retraite à 60 ans et les services publics, oui il faut que la gauche retrouve ses valeurs, oui la gauche peut compter sur le parti communiste pour cela.

Martine Gayraud

Secrétaire départementale

M Gayraud 2nd tour.pdf

04:05 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19/03/2010

Les socialistes jouent la désunion en Limousin

limousin.jpg

L’Humanité 16 mars 2010

Les socialistes jouent la désunion en Limousin

Le PS fusionne avec Europe Écologie, mais ferme la porte au Front de gauche allié au NPA, contraint de se maintenir au second tour.

Coup de théâtre, lundi soir, en Limousin. Alors que la conclusion d’un accord semblait en bonne voie entre la liste PS-PRG-MRC-ADS du président sortant, Jean-Paul Denanot (38,06 %) et celles du Front de gauche-NPA (13,13 %), les négociations ont été subitement rompues. Á l’origine du clash : la minoration par le PS du poids de la liste « Limousin, terre de gauche », conduite par le communiste Christian Audoin, dans la répartition des positions éligibles. Mais c’est surtout la présence du NPA sur une éventuelle liste d’union en Haute-Vienne qui a cristallisé l’intransigeance de certains socialistes. Visiblement, le veto du député maire de Limoges, Alain Rodet, et de la présidente du conseil général de Haute-Vienne, Marie-Françoise Pérol-Dumont, a davantage pesé que les tentatives de conciliation du voisin corrézien François Hollande. Difficile, pourtant, de justifier, sur le fond, cette exclusive. Surtout dans une région ou le NPA se dit prêt, avec ses partenaires, à jouer le jeu de la gestion régionale. « Nous ne sommes pas dans une logique d’obstruction politique. Le PS, lui, est prisonnier de sa culture hégémonique », déplore Stéphane Lajaumont, porte-parole régional du NPA. Outre la crainte de devoir composer avec une majorité plurielle, le PS semble désarçonné par l’audience, sur ses terres, d’une force située à sa gauche. En Creuse, par exemple, la liste « Limousin, terre de gauche » passe la barre des 15 % dans 72 communes. Cette liste enregistre aussi de très bons résultats sur les ex-terres chiraquiennes de haute Corrèze. « Ils redoutent de laisser s’installer en Limousin une force politique qui ne serait pas à leur botte », analyse Laurence Pache (PG), tête de liste Front de gauche-NPA dans la Creuse. Reste que cet épisode nourrit, au PS, un certain malaise. « C’est compliqué chez nous », admet Jean-Paul Denanot. Lequel se dit ouvert à « un accord de troisième tour ». Après la triangulaire de dimanche.

Rosa Moussaoui

 

07:48 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |