Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/12/2009

Les flambeurs

arton6161-596ba.jpg

Les boursicoteurs prospèrent et, à l’autre bout de la chaîne, le chômage augmente. Ce qui pourrait sembler un paradoxe ou une immoralité est à la base du capitalisme.
l’Humanité :
30/12/2009

Par Jean-Paul Piérot

Rassurons-nous, la morosité ne gâchera pas partout les fêtes du nouvel an. La crise qui perdure, le chômage qui frappe les uns et menace les autres, les retraites, nouveau chantier de démolition à l’ordre du jour de l’action gouvernementale en 2010, le système de santé à la défense duquel se dresse toute la communauté médicale participent d’un climat peu propice aux débordements d’allégresse. Mais l’ambiance sera sauvée par le CAC 40, qui s’apprête à clore l’année au beau fixe. La Bourse de Paris abordait cette dernière semaine en flirtant avec le seuil des 4 000 points. Depuis plus d’un an, pareil résultat n’avait pas été atteint. Le « rallye » de fin d’année, selon l’expression en usage chez les « happy few » du capitalisme financier, s’annonce déjà comme un succès, de quoi exciter l’appétit du monde des actionnaires à l’heure du réveillon.(lire la suite)

20:34 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Annulation de la taxe carbone : sanction d'un bricolage

Communiqué de presse, Paris, le 30 décembre 2009

Les motifs d'annulation de la taxe carbone par le Conseil Constitutionnel correspondent à un grand nombre des critiques portées par le Parti de Gauche lors du débat parlementaire :

- exonérations de la très grande majorité des émissions d'origine industrielle alors que bon nombre de ces industries polluantes ne seront pas soumises aux quotas de carbone européen avant 2012.

- exonération du transport routier et aérien, pourtant grand émetteur de gaz à effets de serre

- injustices pour les ménages principales cibles pour cette nouvelle taxe alors que ce sont les acteurs qui ont le moins de possibilités de modifier leur comportement de part des choix contraints.

Les députés du Parti de Gauche avaient d'ailleurs défendu des amendements de suppression de nombre des exonérations pointées par le Conseil Constitutionnel. Mais le gouvernement et Nicolas Sarkozy se sont obstinés pour faire croire à leur volonté de lutter contre le réchauffement climatique.

Après l'échec de la méthode Sarkozy à Copenhague, après l'échec de cette taxe carbone, injuste socialement et inefficace environnementalement, il est temps de comprendre que ce n'est ni le bricolage politicien ni les attitudes de Rambo qui construiront une véritable réponse au défi climatique. Oui, il faut changer de modèle développement mais cela se fera par une politique volontariste qui ne peut passer que par une planification écologique et démocratique qui permette de sortir de la civilisation du tout pétrole et non par de nouvelles taxes frappant aveuglément tous les ménages indépendamment de leurs possibilités financières de faire des choix en lien avec les enjeux environnementaux.

Martine BILLARD, Députée de Paris, Porte-Parole du Parti de Gauche

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29/12/2009

Taxe Carbonne

Le monde : 29/12/2009

Le Conseil constitutionnel a annoncé, mardi 29 décembre, avoir annulé la contribution carbone, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, estimant que la loi crée trop d'exemptions, ce qui est "contraire à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique" et crée une inégalité face à l'impôt. Les juges constitutionnels avaient été saisis le 22 décembre par les parlementaires socialistes sur le projet de budget pour 2010 instituant cette nouvelle taxe verte. 

Dans un communiqué publié mardi soir, les Sages du Palais-Royal considèrent que l'ensemble des "exonérations, réductions, remboursements partiels et taux spécifiques" dépouillent la loi de son ambition de lutte contre le réchauffement climatique et créent "une rupture d'égalité devant les charges publiques". "Moins de la moitié des émissions de gaz à effet de serre aurait été soumise à la contribution carbone", en raison de ces multiples exemptions, selon les juges constitutionnels. 93 % des émissions d'origine industrielle, hors carburant, en auraient été exonérées, poursuivent-ils.

NOUVEAU DISPOSITIF EN JANVIER

"Par voie de conséquence", le Conseil, présidé par Jean-Louis Debré, "a censuré l'ensemble du régime relatif à cette contribution". Le premier ministre, François Fillon, a toutefois immédiatement réagi en annonçant la présentation en conseil des ministres d'un nouveau dispositif, le 20 janvier, tenant "pleinement compte des observations du Conseil constitutionnel", selon un communiqué de Matignon.

"Certaines de ces exemptions avaient été prévues par le gouvernement en raison de la situation particulière de certains secteurs économiques, notamment ceux les plus exposés à la concurrence internationale, déjà assujettis à un mécanisme de quotas qui les incite à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, précise François Fillon. D'autres exemptions avaient été ajoutées au texte à l'initiative du Parlement." Pour le premier ministre, la mise en place d'une contribution carbone demeure une "priorité" du gouvernement afin d'"orienter les comportements des entreprises et des ménages en matière de consommation d'énergie".

MESURE PHARE DU GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

Voulue par Nicolas Sarkozy, la taxe, rebaptisée "contribution carbone" par le Sénat, était une mesure phare du projet de budget 2010. Elle visait à inciter les Français à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) en s'appliquant à la consommation d'énergie des ménages et des entreprises, avec une compensation pour les particuliers.

Fixée à 17 euros la tonne de CO2, elle avait soulevé d'importantes contestations à gauche – en premier lieu de la part de la socialiste Ségolène Royal, qui la jugeait "écologiquement inefficace et socialement injuste" –, mais aussi à droite, où certains dénonçaient l'instauration d'un nouvel impôt. Les Verts, pour leur part, en approuvaient le principe, mais jugeaient son taux largement insuffisant pour inciter à des comportements vertueux. Les experts, réunis en juillet sous la houlette de l'ancien premier ministre socialiste Michel Rocard, avaient recommandé de démarrer à 32 euros, pour atteindre 100 euros en 2030. Il s'agissait d'aider la France à respecter son engagement de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050.

 

23:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Inscription sur les listes Electorales

Fichier:Logo de la République française.svg

Ce que vous devez faire si vous voulez être inscrit sur les listes électorales. Vous avez jusqu’au 31 décembre

 

Les citoyens qui ne relèvent pas d’une procédure d’inscription d’office en cas de déménagement ou de radiation ont jusqu’au 31 décembre pour déposer en mairie une demande d’inscription sur les listes électorales.

Pour pouvoir voter en 2010, il faut donc se présenter à la mairie de votre lieu de résidence muni des pièces suivantes :

  • sur les listes électorales,formulaire d’inscription
  • pièce d’identité (passeport, carte nationale d’identité) en cours de validité,
  • selon le cas, un justificatif de domicile ou de résidence dans la commune ou un justificatif d’inscription au rôle des impôts locaux depuis plus de 5 ans (si l’intéressé habite chez ses parents, une attestation des parents établie sur papier libre, certifiant qu’il habite chez eux, et un justificatif de domicile des parents).

Pour que l’inscription sur les listes électorales soit effective au 1er mars 2010, il est également possible d’envoyer un courrier à la mairie accompagné du formulaire d’inscription et les pièces exigées. Le courrier devant impérativement être parvenu en mairie avant le 31 décembre, il est donc fortement conseillé d’envoyer sa demande en mairie avant le 15 décembre.

En mars 2010 se dérouleront les élections régionales et de l’Assemblée de Corse. Ces élections ont pour objet d’élire pour 6 ans au suffrage universel direct les conseillers régionaux qui siègent à l’assemblée délibérante de la région, le conseil régional. Celui-ci est notamment compétent pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région et l’aménagement du territoire.

20:30 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Palestine : Manifestation pour dénoncer le siège de Gaza

MIDI LIBRE : Édition du mardi 29 décembre 2009

910_W411MAR.jpg

« Libérez Gaza ! » Masqués et vêtus de blancs, une quarantaine de manifestants s'est rassemblée hier soir à Nîmes devant Carré d'art pour « dénoncer le début de l'agression israélienne contre les Palestiniens de la bande de Gaza qui a eu lieu voilà un an, le 27 décembre 2008. » Avant de marcher vers les arènes, anonymes et représentants d'associations (France Palestine solidarité, Cimade, Ligue des Droits de l'homme, France El Djazaïr, Attac, collectif des musulmans de France, Union juive française pour la paix) et de partis politiques ont évoqué aussi la marche internationale pour la liberté de Gaza.
« Des marcheurs sont bloqués en Egypte, Etat qui ne veut pas leur faire passer la frontière pour aller à Gaza. » Une pétition circule en ce moment pour débloquer la situation.

 

Photo Fabrice ANDRES

19:05 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28/12/2009

MEETING FRONT DE GAUCHE

aff_meeting.jpg

19:03 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

27/12/2009

Le Parti de Gauche soutient la mobilisation du monde de la culture

Présentation1.jpg

Le parti de Gauche était présent à la conférence de presse organisée par l'intersyndicale du ministère de la culture qui avait pour but d'alerter sur les conséquences de la mise en œuvre de l'acte 2 de la Révision Générales des Politiques Publiques (RGPP) qui prévoit un départ à la retraite sur deux non remplacé.

Cela touche l'ensemble des établissements publics, musées, théâtres, opéras, bibliothèques, écoles....
Cette conférence s'est déroulée le mardi 21 décembre au Théâtre du Rond- Point des Champs Elysées en présence de son directeur Jean-Michel Ribes.

Etaient présents :
la FSU / Sud
le SNAC / FSU
la confédération CGT
la fédération CGT spectacles
la fédération fonctionnaires CGT
la fédération culture CGT
Union syndicale Solidaires
le SYNDEAC

pour les partis politiques
le PCF
le NPA
Ecologie / verts
Le PS était dans la salle et n'a pas pris la parole

Notre camarade Claire Pessin-Garic, ancienne conseillère générale du 93 et membre de la commission culture y a fait la déclaration suivante au nom du Parti de Gauche :

Je tiens tout d'abord à remercier l'intersyndicale du ministère de la culture de nous avoir invités à venir nous exprimer à leurs côtés. (Lire la suite…)

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21/12/2009

La poste

Votation citoyenne - Assignation par le préfet du Gard de six maires gardois devant le TA.

 

L'audience du Tribunal Administratif, prévue vendredi 18/12, à 9 heures, est reportée au 8 janvier 2010

14:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20/12/2009

Vie de Gauche N°39

vdg39-grand.jpg

23:21 Publié dans VIE DE GAUCHE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

NON à la répression syndicale

melenchon-soutien-sans-papiers.jpg

Le Parti de Gauche apporte son soutien aux responsables syndicaux qui ont décidé d'entrer en grève de la faim contre les licenciements abusifs à l'encontre de salariés de ErDF et GrD.

Vendredi 18 décembre à 10h, au 16/20 rue Pétrelle, Jean-Luc Mélenchon, président du parti de gauche, Eric Coquerel, Secrétaire national du Parti de Gauche chargé des relations unitaires et Danielle Simonnet, Conseillère de Paris et membre du Bureau National du Parti de Gauche, ont apporté leur soutien à deux responsables syndicaux, Yann Cochin et René-Michel Millambourg, qui ont décidé d'entrer en grève de la faim.

Ces dirigeants s'opposent aux licenciements secs inacceptables, pour faits de grève, prononcés par les directions de ERDF / GRDF à l'encontre de militants syndiqués impliqués dans la mobilisation contre la privatisation de ce service public. Ils dénoncent également les sanctions touchant les militants qui ont osé s'impliquer dans les luttes du printemps dernier.

Il s'agit notamment de Nordine MAHROUG, militant SUD Energie particulièrement actif pendant le conflit, victime d'un licenciement sec, pour faits de grève, sur la base d'un dossier vide. A 36 ans, avec 2 enfants, un logement EDF, Nordine se retrouve à la rue. Un autre militant, Rodolphe BARRES militant Cgt de Toulouse, est également licencié pour faits de grève à GRDF.

A la suite de cette rencontre, le parti de gauche s'est adressé à l'ensemble des partis de gauche pour signer ensemble l'appel à la solidarité lancé par Sud Energie.

Cette visite, alors que l'entrée était bloquée par la direction, ainsi que celle d'Olivier Besancenot, ont permis d'obtenir une première dépêche AFP sur cette mobilisation qui était jusqu'à présent frappée par le silence médiatique.

Le Parti de Gauche dénonce la répression conduite par la Direction de GrDF contre le mouvement syndical qui s'apparente à une véritable chasse aux sorcières. La stratégie de criminalisation de la contestation sociale orchestrée par le gouvernement conduit à ce type de remise en cause intolérable d'un droit fondamental : le droit de grève, la liberté de se syndiquer.

Pour le Parti de Gauche, la défense d'un service public de l'énergie, comme celui de la Poste, relève de l'intérêt général face à la crise économique, sociale et écologique. Le Parti de gauche salue le soutien syndical unitaire des collègues salariés de Nordine et de Rudolph qui ont décidé de se mettre en grève.

21:23 Publié dans COMMUNIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Echec du sommet de Copenhague

Echec du sommet de Copenhague : le capitalisme en incapacité de préserver la planète

Communiqué du Front de Gauche

capitalisme-incapable-sauver-planete-pg.jpg

Le sommet de Copenhague est un échec. Malgré l'attente des peuples, malgré la mobilisation de tant d'acteurs, d'associations, de citoyens ou de scientifiques pour lutter contre les causes du réchauffement climatique, les chefs d'Etats ont jugé qu'il était urgent d'attendre en repoussant les échéances à 2010. Ce qui a été réalisé dans l'urgence  pour, en pleine tempête financière, sauver les banques malades de leur propre cupidité devient désormais impossible quand il s'agit de sauver la planète. Quelle honte ! Preuve est faite que ce  capitalisme obnubilé par l'appât du gain immédiat est en incapacité de préserver la planète qu'il surexploite. Les dirigeants des principales puissances mondiales ont fui leur responsabilité en repoussant les décisions qui devraient s’imposer. Chacun d'entre  eux devra rendre des comptes face à l’opinion publique.

Grande est notre déception! Chacun a entendu les déclarations plus fracassantes les unes que les autres du Président de la République répétant à l'envi qu'on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu. Les organisations qui composent le Front de gauche, comme tous ceux qui jour après jour se sont battus lors de cette campagne pour le climat, ont au final beaucoup appris. D'abord que si victoire il y a, elle ne viendra que de la mobilisation citoyenne internationale. Rien de juste ne se fera sans les peuples. Les chefs d'Etats des principales puissances industrielles sont solidement tenus par les lobbies capitalistes et prisonniers de l’égoïsme des pays riches à l’égard des pays pauvres. La seconde leçon de ce sommet avorté est que le combat sera long et difficile. Copenhague doit être utile pour rappeler au monde ce qu'il ne faut pas faire.

Le Front de Gauche, comme il l'a annoncé avant ce sommet mondial, prendra ses responsabilités à l'échelle qui est la sienne.  Ainsi, lors de la campagne des élections régionales, nous mettrons sous contrôle citoyen les politiques régionales pour que chaque région à l'échelle de son territoire s'engage sans attendre à la réalisation d'un bilan carbone et d'un plan climat qui contribue à  la réduction, pour 2020, de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.
Paris, vendredi 18 décembre

20:19 Publié dans COMMUNIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19/12/2009

Front de Gauche Appel aux citoyennes et citoyens du LR

Nous sommes unis pour porter une ambition : ouvrir une alternative à gauche en rupture avec les politiques antisociales de la droite Sarkozyste.
Il est urgent,

 

Þ    de faire des régions des pôles de résistance aux logiques de rentabilités financières qui nous ont conduits à la crise,

Þ    de faire des régions des forces d’initiatives et d’actions pour promouvoir d’autres logiques économiques, sociales, agricoles, de services publics, du logement, des transports… conformes aux besoins humains qu’ils soient sociaux, culturels ou environnementaux,

Þ    de faire des régions des exemples de démocratie et de citoyenneté, loin des
pratiques populistes et présidentialistes, tant avant qu’après les élections.
Ensemble, changeons la gauche pour battre durablement la droite et
construire une région solidaire et écologique au service des citoyens. »

 

 

POUR LES ELECTIONS REGIONALES EN LANGUEDOC ROUSSILLON, JE M’ENGAGE ET JE SOUTIENS L’APPEL CITOYEN DU FRONT DE GAUCHE  


Soutien Front de Gauche: adressez un courriel à l'adresse de messagerie ci-après:  
frontdegauche30@gmail.com


En indiquant vos noms prénoms adresses, profession, éventuellement engagement politique, syndical, associatif, etc... et votre téléphone.

Ou en cliquant sur le lien:

Front de Gauche - Gard - Régionales 2010
<http://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dHhURGNqaUZiTkhYM3ZIajBlM0w1QkE6MA>

20:12 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

La poste

Présentation1.jpg

Photo W.T.

MIDI LIBRE Édition du samedi 19 décembre 2009

 

 

Nîmes. Tribunal Les six maires venus pour La Poste... reviendront


RAPPEL : Six maires avaient été convoqués par le tribunal administratif pour l'organisation, en octobre, de la votation sur l'avenir de La Poste

Ils sont venus à leur rendez-vous avec les magistrats du tribunal administratif ; tout en sachant que l'audience n'aurait pas lieu. Les six maires étaient là et bien d'autres avec eux. Ils reviendront, « plus nombreux encore » disent-ils, pour la seconde convocation programmée le
8 janvier au matin.
Jean-Claude Bertrand (maire de Rousson), Serge Bord (Saint-Julien-les-Rosiers), Bernard Clément (Domessargues), Eric Maubernard (Saint-Jean-du-Pin), Yannick Louche (Cendras) et Jean-Claude Paris (Les Mages) étaient accompagnés des conseillers généraux du groupe PCF (le conseil général tout proche était en cession de travail), d'élus de tout le département, de militants et sympathisants.
En invitant ces six maires au tribunal administratif, le préfet du Gard a ravivé la flamme de
la défense du service public en général et de La Poste en particulier. Il cible aussi six maires qui se sentent en ligne de mire sans vraiment comprendre cette attention particulière : le 3 octobre dernier, la votation populaire sur l'avenir de La Poste s'est déroulée sur 200 points de vote, dans 156 communes. Notons au passage que le nombre de votants a été évalué à 2,3 millions en France, dont 50 700 dans le Gard.
Les six maires à l'index ne manquent pas d'avocats, comme le Nîmois Alain Clary, plus rural que les ruraux : « Il faut une égalité de services pour tous, quel que soit le territoire ». Le Grandcombien Patrick Malavieille renchérit sur les priorités qu'il attribue au préfet : « Le préfet devrait plutôt être attentif au remboursement des 400 millions d'euros que l'État doit au conseil général », en référence aux transferts de charges que le conseil général estime largement déficitaire pour le Département.

Thierry MONTANER

 

09:16 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

18/12/2009

Communiqué du FRONT DE GAUCHE en Languedoc Roussillon

1956866126.jpg

Ce vendredi  18 décembre  le Front de gauche tenait une conférence de presse pour faire le point sur la constitution d’une liste unitaire de la gauche de transformation sociale. Représentait le Front de Gauche René REVOL, pressenti pour être tête de liste, François LIBERTI, représentant le PCF, Soizic NOEL, représentant le PG, Christian CAUSSE, représentant la Gauche Unitaire, Waldeck MOREAU, représentant le M’PEP. Etaient conviés également à s’exprimer à cette conférence de presse Paul ALLIES, conseiller régional sortant, membre de la direction nationale du PS et Hélène GASC-RATINET, conseillère municipale PS de Béziers. Ces derniers, tout en précisant qu’ils n’étaient pas encore engagés à cette étape dans la liste,  ont exprimé leur intérêt pour la démarche de rassemblement initié par le Front de Gauche avec qui ils partagent la nécessité de construire une liste de rassemblement alternative à celle de Georges Frêche pour pouvoir conserver la région à gauche tout en s’opposant au renouvellement de la présidence sortante.

Pour que les choses soient claires voici la déclaration liminaire que René REVOL a fait au nom du Front de Gauche

« Nos partenaires du PCF ont proposé nationalement en accord avec les responsables régionaux que je sois désigné comme tête de liste sur la Région Languedoc Roussillon sur la liste de rassemblement initiée par le Front de Gauche. Le Parti de Gauche et les autres partenaires ont accepté cette proposition. Je suis très honoré de la confiance qu’ils me font et je ferai tout pour être à la hauteur de la mission qu’ils me confient. Et ceux qui me connaissent  savent que je me sens plus comme  l’animateur d’une équipe avec François et tous mes amis, que comme un chef. La rupture avec les dérives présidentialistes qui dominent la vie politique, particulièrement au Conseil Régional, commencera par le caractère collectif de notre campagne. Les accords nationaux sont en train de se boucler : nous avons reçu ce matin la déclaration nationale qui scelle l’accord entre un arc large de forces politiques (texte joint) et les arbitrages sur les différentes régions et départements seront achevés d’ici quelques heures.    

Nous avons dans cette élection régionale une responsabilité particulière.

D’abord nous devons infliger une défaite nette aux représentants locaux du gouvernement de Sarkozy qui détruit jour après jour tous les fondements du pacte social et républicain établis en France depuis le Conseil National de la Résistance; cette politique porte atteinte aux conditions d’emploi et de vie de nos concitoyens. Cela a des conséquences très concrètes dans notre Région et notre campagne donnera la parole aux acteurs sociaux mobilisés contre cette politique inique. A commencer par toute à l’heure où je vous invite à participer au rassemblement organisé par le Réseau Education sans frontière à deux pas de cette salle. Notre adversaire est l’UMP et la liste de Mr Couderc qui n’a pas attendu l’initiative nauséabonde sur l’identité nationale de messieurs Sarkozy et Besson pour gouverner la région avec le Front National. Les citoyens de cette région s’en souviennent et nous ne cesserons pas de lui rappeler ce passé compromettant.

Mais pour battre la droite, il faut changer la gauche. Dans ce pays, la gauche est malade, malade d’avoir accompagné le libéralisme débridé de la mondialisation capitaliste qui nous a amené à la crise actuelle, dont on voit bien ces jours ci que les puissances économiques et politiques qui dirigent le monde ne veulent rien y changer. Dans cette région, il y a plus : la gauche telle qu’elle est représentée par la présidence sortante de la région a atteint un degré avancé de décomposition politique et morale. Il revient à la gauche de transformation sociale pour mobiliser le peuple sur les valeurs fondatrices de justice sociale et droits fondamentaux de l’homme qui fondent la gauche historique de ce pays. Tourner la page la page de la Présidence actuelle en gagnant à gauche la région, tel est notre objectif.  

Pour cela nous portons une ambition unitaire. Au-delà des forces déjà rassemblées ici ou dans l’appel national nous souhaitons vivement passer un accord avec le NPA dans cette région pour que la gauche de transformation sociale assume unie l’enjeu des élections régionales en LR.  Vous avez pris connaissance de la proposition publique qui a été faite au NPA  en réponse à leurs demandes explicites :  d’une part en places sur la liste ( 15 places sur les 77 de la liste régionale avec la 1ère, 2ème et 3 ème place dans les trois départements les plus peuplés) et d’autre part sur le second tour : nous nous battons pour gagner et donc avoir le maximum de voix au premier tour de manière à pouvoir réaliser un rassemblement  majoritaire avec les autres  listes de gauche sans Frêche au second tour et nous savons que cela peut être atteint si nous sommes unis ;  nous affirmons en même temps notre refus de gouverner avec Georges Frêche et de présenter en toutes circonstances un candidat contre lui s’il se présente au poste de Président, et en même temps nous affirmons ce qui a été toujours une ligne de conduite à gauche : en fonction des résultats du premier tour, les électeurs étant les seuls juges , nous ne ferons rien qui puisse aider au retour de la droite.  

Nous en appelons en conséquence à toutes les forces de gauche qui accepteraient de construire avec nous une alternative à gauche dans cette région. C’est le sens de  la présence de Paul Alliès qui nous dira en quoi il est intéressé par notre démarche. Notre discussion fraternelle est publique et nous en faisons les témoins. A ce jour il n’est pas engagé dans notre liste mais déclare son intérêt. Nous trouvons judicieux de mener ce débat publiquement, comme nous le ferions avec toute autre organisation ou personnalité.

Notre liste sera en toute hypothèse composée d’une part de toutes les forces politiques qui auront construit ensemble cette alternative politique appuyé sur un programme clair de rupture avec la mondialisation capitaliste, mais aussi de représentants de la société mobilisée, du mouvement social, de représentants de mobilisations citoyennes, de personnalités de la société civile qui ont mené des combats notamment pour le service public, intellectuels, professeurs de médecine …

Nous aurons l’occasion dans le débat de commencer à vous présenter des axes de campagne porteurs d’une autre conception de la politique régionale et de l’aménagement du territoire. »

 Communiqué FDG 18 12 2009.pdf

ensemble-pour-des-regions-a-gauche-solidaires-ecologiques...

17:12 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Front de Gauche

Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes

 

Vendredi, 18 Décembre 2009 08:45

Nos organisations, celles d’une gauche de transformation sociale, affirment leur volonté de  mener campagne  ensemble  pour les élections régionales de 2010.
Avec le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) avec les Alternatifs, République et Socialisme, La Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE), le M’Pep, le Pcof nous comptons  faire entendre fortement une autre voie à gauche.
 
Ce  rassemblement, en construction, se veut  ouvert, nationalement et régionalement,  à toutes celles et tous ceux qui, à gauche, dans le mouvement social dans le monde du travail et de la culture, souhaitent élaborer et porter avec nous un programme qui réponde aux besoins  de la population.

C’est urgent ! Les difficultés s’accumulent : davantage de licenciements, de précarité, de pauvreté,  et en même temps moins de services publics, moins de pouvoir d’achat moins d’enseignement et de culture ! Cette situation devient insupportable, notamment dans les quartiers les plus populaires. L’environnement est sacrifié sur l’autel du profit. Les ravages de la crise sont amplifiés par la politique impulsée par Nicolas Sarkozy et la droite. Avec eux c’est toujours plus pour les riches, toujours moins pour l’ensemble du peuple. Et le président sème la division en puisant des idées nauséabondes dans l’arsenal de l’extrême droite qui du coup, relève la tête.

Face à cette offensive redoublée, notre peuple, les salarié-e-s et les plus précaires résistent ; ils refusent de payer la crise. A la division, au chacun pour soi, ils opposent la lutte et la solidarité. Ils souhaitent un débouché politique à leurs luttes.

C’est pourquoi les listes qui nous rassembleront pour ces élections régionales, répondront à trois objectifs indissociables : changer les rapports de force à gauche en faveur de la ligne de transformation sociale et écologique ; battre la droite, empêcher Nicolas Sarkozy et l’UMP de reconquérir des régions pour en faire des relais de leur politique de régression sociale,  autoritaire, basée sur la peur ; construire des majorités solidement ancrée à gauche, portant des projets vraiment alternatifs à la logique du système en crise, un projet de transformation sociale et écologique que nous voulons porter jusque dans les exécutifs, à l’exclusion de tout accord avec le Modem, si les conditions de ces avancées en sont réalisées. Il s'agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer.

Nous voulons faire des régions des points d’appui pour développer une politique au service des hommes, des femmes, des jeunes, de tous ceux qui travaillent et vivent ici.

Une politique en faveur de l’emploi, respectueuse des salariés, de leurs droits, favorisant l’extension de ces droits. Une politique qui donne la priorité aux services publics. Une politique qui fasse des citoyennes et des citoyens, dans leur diversité, les acteurs de la transformation de nos régions par un développement de toutes les formes de démocratie. Une politique exigeante en matière écologique.
Une politique qui reconstruit le tissu social, à la ville et dans les campagnes.
 
Ce programme devra être porté par des listes unitaires dans les régions, des listes rassemblant nos organisations et ouvertes aux actrices et acteurs du mouvement social qui le souhaitent.

Nous vous donnons rendez-vous le 10 janvier, pour un  meeting national commun.

 Le front de Gauche : Parti Communiste français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire
et Les Alternatifs, République et Socialisme,  La FASE, le M’PEP, le Pcof.

Paris le 17 12 2009

ensemble-pour-des-regions-a-gauche-solidaires-ecologiques...

13:54 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Identité nationale Un collectif veut supprimer le ministère

Présentation1.jpgPhoto G. L.


Suite à l'Appel des 20 lancé le 4 décembre par des chercheurs, un collectif gardois vient de se constituer pour exiger la suppression du ministère de l'Identité nationale et de l'immigration. On y retrouve des politiques (
Parti de gauche, PCF, Europe écologie, NPA, Alternatifs), le syndicat de la magistrature, des associations (la Gauche en tête, RESF, Ligue des droits de l'homme, Cimade...).
Ce collectif, qui veut en janvier organiser son propre débat sur l'identité nationale, estime que l'Etat « demande de penser correctement sur le problème de l'identité nationale qui n'intéresse pas les Français. (...) Ce débat sert à détourner l'attention du monde. Pendant ce temps-là, on ne voit pas les dégâts faits au pacte social ». Pour la Ligue des droits de l'homme, ce ministère stigmatise l'étranger.

« Il est celui qui va demeurer à tout jamais exploitable, précaire et jetable. C'est contre lui que se décide une politique de renvoi, via les centres de rétention administrative dont nous avons un malheureux exemplaire à Nîmes. C'est une politique inhumaine du chiffre. » Plus que la dissolution de ce ministère, certains, comme Monique Marchal de la Cimade ou André Rousselet de RESF, veulent la suppression du placement d'enfants dans des centres de rétention administrative. Le conseiller général de Saint-Chaptes Christophe Cavard souhaite pour sa part la création d'un nouveau ministère de la cohésion sociale et de la solidarité internationale. De son côté, Jean Launay, du Syndicat de la magistrature, estime que la politique d'immigration du gouvernement français « ne règle pas les flux migratoires » mais habitue les citoyens « à une idée de rejet des étrangers. L'immigré porte alors le danger de l'identité nationale. » Et l'élu socialiste Alain Fabre-Pujol de souligner que le gouvernement « mise sur une politique sécuritaire destinée à faire peur ». Ce que veut dénoncer en priorité ce collectif.

 

13:51 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17/12/2009

manifestants contre la biométrie au collège

Présentation1.jpg

MIDI LIBRE Édition du jeudi 17 décembre 2009

.

Ales. Lédignan Cent manifestants contre la biométrie au collège


RAPPEL : Une borne biométrique réglemente l'accès à la cantine. La justice a été saisie

Pour la centaine de manifestants réunis hier matin devant le collège de Lédignan, il n'y a pas de doute : en faisant entrer la biométrie dans l'établissement, le principal, François Coppola, a dépassé les bornes. C'est ce qu'ils sont venus dire aux élèves durant la récréation, à travers les grilles. Ils répondaient à l'appel du collectif gardois "Dépassons les bornes", constitué récemment en réponse au développement des bornes biométriques dans les écoles.
Pour celle de Lédignan, qui donne accès à la cantine, ils exigent son retrait pur et simple. Le collectif rassemble différentes mouvances : l'APE (parents d'élèves) du collège, la Ligue des droits de l'homme, Attac, la gauche alternative, des syndicalistes militants... « C'est un engagement de citoyen, résume Soizic Noel-Bourgois,

présidente de l'Ape. On est face à un choix de société qui ne soit pas liberticide. La décision d'installer la borne a été prise au mépris du conseil d'administration, pas consulté. Le document d'information aux parents était à charge. Et il se passe des choses bizarres avec cette machine : parfois, certains élèves doivent choisir entre manger et aller en cours... » Spécialiste de la question et membre du collectif, Jean-Philippe Joseph va plus loin : « Les enfants ont accepté la borne comme un jouet. On ne peut pas accepter qu'on utilise leur corps comme un nom. C'est une logique carcérale, policière. C'est un des premiers pas vers le fichage global. Il faut revenir à de l'humain. » Et Laurent Gili, enseignant et instigateur de la manifestation, de brandir un certain "livre bleu", qui faisait état, en 2004, des propositions des industries électroniques et numériques. Il y est écrit ceci : « La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population (...) la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles. »

Eric DELANZY

Hier, on ne savait toujours quand se tiendrait l'audience du tribunal administratif qui statuera sur l'avenir de la dite borne.

 

07:39 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16/12/2009

suppression du ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration

APPEL

Nous exigeons la suppression du ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration 

«Promesse électorale de Nicolas Sarkozy, la création d’un ministère chargé de l’Immigration et de l’Identité nationale a introduit dans notre pays un risque d¹enfermement identitaire et d¹exclusion dont on mesure, chaque jour depuis deux ans et demi, la profonde gravité. Très officiellement, des mots ont été introduits sur la scène publique, qui désignent et stigmatisent
l¹étranger ­ et par ricochet, quiconque a l’air étranger. Réfugiés et migrants, notamment originaires de Méditerranée et d’Afrique, et leurs descendants, sont séparés d’un «nous» national pas seulement imaginaire puisque ses frontières se redessinent sur les plans matériels, administratif et idéologique.

«Qu’a fait naître ce ministère? De nouveaux objectifs d¹expulsion d’étrangers (27 000 par an), des rafles de sans-papiers, l’enfermementd¹enfants dans des centres de rétention, le délit de solidarité, l’expulsion des exilés vers certains pays en guerre au mépris du droit d’asile, la
multiplication des contrôles d¹identité au faciès, enfin la naturalisation à la carte, préfecture par préfecture, qui rompt avec le principe d’égalité

«Dans cette fissure de la République se sont engouffrés nos dirigeants. Par des propos inadmissibles dans une démocratie, banalisés et désormais quotidiens, ils légitiment tous les comportements et les paroles de rejet, de violence, et de repli sur soi. Nous ne sommes pas ici face à des dérapages individuels. En réalité, ces propos sont la conséquence logique d’une politique que le gouvernement souhaite encore amplifier sous le couvert d’un débat sur l¹identité nationale. Nous sommes ainsi appelés à devenir coauteurs et coresponsables du contrôle identitaire sur la France.

«La circulaire ministérielle adressée aux préfectures pour encadrer le débat lance une interrogation : « Pourquoi la question de l¹identité nationale génère-t-elle un malaise chez certains intellectuels, sociologues ou historiens ? » La réponse est simple. Nous ne pouvons pas accepter que le regard inquisiteur d’un pouvoir identitaire puisse planer, en s’autorisant
de nous, sur la vie et les gestes de chacun.

«C’est pourquoi il est temps aujourd¹hui de réaffirmer publiquement, contre ce rapt nationaliste de l’idée de nation, les idéaux universalistes qui sont au fondement de notre République.

«Nous appelons donc les habitants, les associations, les partis et les candidats aux futures élections à exiger avec nous la suppression de ce ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration, car il met en danger la démocratie.»

 

Pour signer cet appel : http://appel.epetitions.net/

 

20:38 Publié dans PETITIONS | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Votation Les élus de Rousson remontés contre le préfet

Présentation1.jpg

DR

MIDI LIBRE ALES Édition du mercredi 16 décembre 2009

 

RAPPEL : Six maires convoqués au tribunal après le vote pour La Poste

Pancarte en mains, les trois élus de Rousson sont devant l'impressionnant stock de pneus. "La Poste serait-elle plus nocive qu'un stockage de pneus ?" peut-on lire sur la pancarte. Ou encore : "Monsieur le préfet va-t-il s'assigner au tribunal pour respecter son propre arrêté ?".
Un mécontentement du maire, Jean-Claude Bertrand, de son premier adjoint, Ghislain Chassary, et de Pierre Nunez, adjoint également. Qu'il faut relier aux poursuites en justice de six maires gardois, dont celui de Rousson, après la votation. Organisé pour défendre le statut de la Poste, ce vote avait été jugé illégal et le préfet avait demandé au tribunal administratif d'annuler la délibération des conseils municipaux visés. Du coup les élus de Rousson se rappellent au bon souvenir du préfet pour
un arrêté pris le 2 septembre 2003, ordonnant au responsable d'une société roussonnaise d'enlever un impressionnant stock de pneus constitué après les inondations. Arrêté qui n'a jamais été suivi d'effet. « C'est une décision que le préfet ne fait pas respecter », explique Jean-Claude Bertrand. « Alors qu'il y a un risque d'incendie pour les riverains qui m'ont adressé une pétition. Par contre quand nous avons pris notre délibération pour la votation, deux motards de la gendarmerie venaient m'apporter, 48 heures après, ma convocation devant le tribunal administratif. » Les élus réclament toujours un référendum d'initiative populaire sur l'avenir de La Poste. « Les Roussonnais payent pour avoir l'agence postale. Ils ont un droit de regard sur l'avenir de ce service public. C'est aussi une question d'aménagement du territoire. Surtout quand on voit aujourd'hui ce qu'a donné la privatisation de France Télécom », plaide le maire. Qui se retrouve le 18 décembre devant le tribunal administratif avec les maires de Saint-Julien-les-Rosiers, Les Mages, Cendras, Domessargues et Saint-Jean-du-Pin. Et qui appelle la population à les soutenir ce matin-là à 9 heures. T.Dg.

07:48 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15/12/2009

Déclaration du Secrétariat National au sujet des élections régionales

Déclaration du Secrétariat National du PG au sujet des élections régionales

Écrit par Secrétariat national du PG - Mardi, 15 Décembre 2009 20:33

 

 

Le Parti de gauche a accueilli avec une très vive satisfaction la décision du parti des Alternatifs ce week-end. En choisissant la proposition d'une campagne nationale aux côtés du Front de Gauche, les Alternatifs ont opté pour une voie nouvelle et différente de celle qui fut la leur lors des élections européennes. Une semaine après la décision identique de la Fédération (FASE ), le vote des militants Alternatifs est une très bonne nouvelle.

Il rend possible une alliance élargie pour les Régionales entre les militants du Front de Gauche

(PCF, GU et PG), les Alternatifs, la Fase, le PCOF, République et socialisme, le FSQP et le

M'Pep.

Nous voulons maintenant conclure un protocole national respectueux de la nouvelle diversité politique de notre alliance.

 

Cette évolution conforte le Parti de gauche dans sa volonté d'être un outil de l'autonomie et de l'unité de l'autre gauche

. Elle guide nos appréciations et nos comportements. Bien sûr nous regrettons la décision du NPA de présenter une nouvelle fois seul ses propres listes. Une nouvelle occasion est ainsi manquée. Elle n'éteint pas notre objectif de parvenir une fois ou l'autre à réussir l'union de toute l'autre gauche.

C'est pourquoi nous appelons nos comités à maintenir partout un dialogue respectueux et ouvert avec les militants du NPA et à ne favoriser aucun recul de l'habitude prise de se parler et de se retrouver dans l'action. Nous notons d'ailleurs que la résolution du CPN du NPA autorise des exceptions unitaires. Dans les régions concernées, le Parti de gauche mettra tout en œuvre pour rendre possible la jonction des forces chaque fois que cela est compatible avec l'orientation que nous avons proposé dans le document du 28 octobre qui lie le Front de gauche et ses partenaires. (lire la suite…)

22:06 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

FRONT DE GAUCHE écrit au NPA

Front de Gauche  Languedoc-Roussillon

M’PEP • PG • GU • PCF

 

 

 

                                                                NPA Languedoc-Roussillon

 

 

 

Chers camarades,

 

Nous ne pouvons pas participer à la réunion du mercredi 16 décembre et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser (réunion nationale des cadres du PCF)

 

            Le Front de Gauche est engagé dans les élections régionales avec une volonté unitaire visant à construire dans les luttes et les assemblées élues, un front populaire à vocation majoritaire.

Nous avons la volonté de contribuer à rassembler largement celles et ceux, organisés ou non, qui s’inscrivent dans une stratégie anti-libérale et écologique.

 

            Nous souhaitons donc que le NPA ainsi que d’autres organisations et personnalités de gauche, avec lesquels nous débattons depuis longtemps, participent au rassemblement, dans une visée qui ne s’arrêtera pas le soir de l’élection.

 

            Nous avons acté avec satisfaction le vote des adhérents du NPA Languedoc-Roussillon. Notre volonté unitaire ne peut s’arrêter à des logiques de « calculettes ». Nos listes doivent être ouvertes jusqu’au bout, à celles et à ceux qui sont en accord avec des contenus anticapitalistes et qui peuvent nous rejoindre dans le cadre d’une stratégie à vocation majoritaire.

 

            Nous vous présentons une proposition concrète :

 

1/ Que le NPA puisse conduire une liste départementale soit dans les PO, soit dans l’Aude.

 

2/ Que le NPA ait la deuxième place sur la liste départementale de l’Hérault.

 

3/ Que le NPA ait la troisième place sur la liste départementale du Gard.

                       

4/ Que la représentativité ou place globale du NPA soit égale à une quinzaine de candidats

 

Par ailleurs, les partenaires du Front de Gauche s’accordent sur une vocation majoritaire de leur démarche, sur la volonté de ne pas gérer la Région avec George Frèche en participant à un exécutif avec lui, et que dans aucun cas, nous aurons entre les deux tours un comportement qui puisse permettre à la droite de reconquérir la Région. Nous voulons prioriser une démarche qui exclut le renouvellement du président actuel.

 

 

            Dans l’attente de votre réponse, très fraternellement

 

Waldeck Moreau, Christian Causse, François Liberti, René Revol

 

Lettre NPA 14 12 2009.pdf

18:58 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

13/12/2009

manifestation contre le démantèlement des IUFM

Mardi prochain aura lieu une manifestation contre le démantèlement des IUFM. Ce rendez vous est important car il contribue à s'opposer à la volonté gouvernementale de liquidation du service public d'éducation.
Demain la formation des enseignants est menacée tout comme les crèches, les universités...
Sur toute la chaîne de l'enseignement, la droite est à l'offensive.

Participons à la manifestation, mardi 15 décembre à 14h devant l'IUFM de
Montpellier (arrêt Philippidès) avec tracts et autocollants.

tract-pg-université.pdf

19:47 Publié dans MANIFESTATION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Vie de Gauche N°38

vdg38_11%20decembre2009_150x212.jpg

18:33 Publié dans VIE DE GAUCHE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Copenhague

MIDI LIBRE : Édition du dimanche 13 décembre 2009

Présentation1.jpg

Nîmes. Climat Parapluies et parasols de sortie pour Copenhague

 

Presque 100 personnes étaient mobilisées hier à Nîmes, place aux Herbes, « pour le climat et la justice sociale », en marge du sommet de Copenhague, à l'appel de partis politiques comme les Verts ou le
Parti de gauche et d'associations comme Attac... en tout, une douzaine d'organisations. Munis de parapluies ou de parasols pour dire leur crainte des dérèglements climatiques, les manifestants n'attendaient pas grand-chose du sommet. « Parce que les intérêts capitalistes passent avant tout », déplorait Eddy (NPA). Janie Arnéguy (Alternatifs) insiste sur de nécessaires « mesures compensatoires pour les pays pauvres ». Quant à Pierre Peguin (Sortir du nucléaire), il évoquait une énergie synonyme de « beaucoup de risques, alors qu'elle ne représente que 2,7 % de l'énergie mondiale ».

10:06 Publié dans PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

réunion pour la constitution d’une liste unitaire en LR

La réunion unitaire qui s’est déroulée hier au siège du Parti Communiste Français a réunit les organisations : Front de Gauche (PCF, PG, GU), NPA, MPEP, FASE, Alternatifs, objecteurs de croissance.

 

F. Liberti a introduit la réunion en insistant sur la volonté du front de gauche de réaliser une liste commune de l’autre gauche. Au niveau national, le MPEP, les Alternatifs, la FASE, des personnalités de gauche de plus en plus nombreuses s'associent au processus du Front de Gauche. Le mouvement qui se construit avec le front de gauche montre que sa stratégie a été la bonne.

Il a été acté que la liste commune ne portera pas le nom : Front de gauche. Par ailleurs les listes communes dans les autres régions se nomment : Ensemble pour des régions à gauche, solidaires, écologistes et citoyennes.

L'appel aux citoyens pour soutenir le rassemblement à gauche, lancé par le Front de gauche en début de semaine servira à interpeller les citoyens pour qu'ils soutiennent notre démarche d'unité pour une autre politique en Languedoc Roussillon. (lire la suite…)

06:01 Publié dans ELECTIONS REGIONALES | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

12/12/2009

« Planification écologique » à l'Assemblée nationale

unnamed.jpg

 Mardi 8 décembre 2009 avait lieu à l'Assemblée nationale le vote public solennel sur la proposition de loi visant à instaurer une planification écologique déposée par Martine Billard et les député-e-s du PG et du PCF.

Sans grande surprise, elle a été repoussée, avec 157 voix "Pour" mais 283 voix "Contre". Ont voté "Pour" les député-e-s de toute la Gauche: du Parti de gauche, PCF, Verts, PS, PRG et partis de gauche des DOM-TOM. L'UMP et le Nouveau centre ont voté Contre ; le Modem s'est abstenu. Les droites (UMP, NC et Modem) ne sont pas disposées à rompre avec les logiques de marché pour prendre à bras le corps les solutions au défi climatique et écologique plus largement... ce n'est pas surprenant. (lire la suite) 

23:13 Publié dans ECOLOGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Contre la biométrie

Mobilisons-nous

mercredi 16 décembre

à partir de 10h

devant le collège de Lédignan

 

Appel manif16_12.pdf           Le point sur notre action_11_12.pdf

 

 

18:18 Publié dans COMITE GERMAINE TILLION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

11/12/2009

AGREXCO

Débat public

Lundi 14 décembre 20h à la Bourse du travail Alès

Notre Région relais du colonialisme israélien?

En février 2009 le Conseil régional du Languedoc Roussillon a voté à l’unanimité un projet de création d’un terminal fruitier et d’un terminal conteneurs dans le port de Sète. C’est l’opérateur portuaire  italien GF Group, dont le principal partenaire est la société israélienne Agrexco,  qui a remporté l’appel d’offre.

 

Quelles conséquences et quels enjeux ?

Quel rôle jouent l'Europe et nos dirigeants?

Intervenants :

Majed Bamya de la Délégation Générale de Palestine auprès de l’Union européenne

Nicolas Duntze de la Confédération paysanne

Témoignages de retour de mission en Palestine

Modérateur : Robert Kissous, AFPS

Coalition Cévennes contre Agrexco*

Contact : cevennescontreagrexco@yahoo.fr

*La Coalition Cévennes contre Agrexco fait partie de la "Coalition contre Agrexco" qui regroupe une centaine d’organisations (associations, partis, syndicats)

Entrée libre                

tract_debat_public_141209.pdf

19:53 Publié dans COMITE ALES | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Palestine, terre de Résistance

Le Parti de Gauche, avec le Parti Communiste Français

et les sympathisants du Front de Gauche organisent un

« Café  citoyen »  le

MERCREDI 16 DECEMBRE à 20 heures

CAFE « Chez Freddy »

42 Grand’Rue, LEDIGNAN

Territoires occupés, mur, intifada, Agrexco : ces mots entrés dans notre vocabulaire, à quelle réalité sur le terrain correspondent-t-ils ? C’est sur cette interrogation que nous partagerons ces moments ensemble.

Palestine, terre de Résistance

 café palestine 2.pdf

19:51 Publié dans COMITE GERMAINE TILLION | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

ELECTION REGIONALES - FRONT DE GAUCHE

Appel aux citoyennes et aux citoyens du Languedoc-Roussillon
fdg.jpg

07:38 Publié dans FRONT DE GAUCHE | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |