Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2012

Acquis sociaux : la droite passe au massacre à la tronçonneuse

chatel.jpg

Et voilà qu'après la retraite à 60 ans, l'UMP a amorcé ce week-end, par la voix de Luc Chatel, ses attaques sur un des autres grands acquis de mai 1981 : la 5ème semaine de congés payés.

Lire la suite

06:53 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15/12/2011

Reculer l'âge de la retraite : non seulement une injustice mais une faute

rose-fanee-1.jpg

Après les déclarations de François Hollande, Martine Aubry et Laurent Fabius ont confirmé ce matin qu'en cas de victoire, ils ne reviendraient pas à l'âge légal de la retraite à 60 ans.

Bien sûr ils se réfugient derrière la négociation avec les partenaires sociaux mais Laurent Fabius a, sur RTL, lâché le morceau sur ce qui y serait défendu par un gouvernement socialiste : « Ne nous faisons pas non plus d'illusion, la situation financière des régimes de retraites qui n'a pas été réglée par le gouvernement et la situation financière générale du pays fait qu'on ne peut pas raser gratis ».

Lire la suite

20:48 Publié dans ACQUIS SOCIAUX, COMMUNIQUE | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

22/11/2011

4ème jour de carence des arrêts-maladies : le gouvernement recule

billard-qa-08032011.jpg

Mercredi dernier, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, la députée Martine Billard interpellait le Gouvernement, à propos de l'ajout d'un 4ème jour carence pour le paiement des indemnités journalières dans le secteur privé, et un 1er jour de carence dans la fonction publique. Encouragée par le discours du Président de la République sur les fraudeurs à l'assurance maladie, la majorité mettait tous les assurés sociaux dans le même sac.

Lire la suite

19:43 Publié dans ACQUIS SOCIAUX, Martine Billard | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16/11/2011

Question d'actualité - Martine Billard - Arrêts de travail

Monsieur le Premier Ministre

Votre majorité fustige ces salariés irresponsables qui prendraient des arrêts-maladies abusifs.

Pourtant, la réalité aujourd'hui, c'est une intensification toujours plus grande des rythmes de travail, un stress toujours plus fort, avec des injonctions de performance intenables, menant certains salariés au suicide.

Ce sont aussi des pressions inadmissibles des employeurs, pour ne pas déclarer les accidents de travail, renvoyant leur coût sur l'assurance maladie ; ce qui, ajouté aux 30 milliards d'exonérations patronales, participe du déficit.

Lire la suite

20:16 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Arrêts maladie : Non au flicage des médecins , non à la chasse aux malades !

assurance-maladie_logo.jpg

Les mesures d’austérité du gouvernement prennent un tour de plus en plus nauséabond : voilà qu’il s’agit maintenant, sous prétexte d’équité, d’allonger encore le délai de carence dans le privé et d’en instaurer une journée dans le public !

Sous prétexte de lutter contre la fraude, il prétend fliquer les médecins et remet en cause leur jugement et leur honnêteté en matière de prescription d’arrêt maladie. La chasse aux malades est ouverte !

Lire la suite

20:09 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

04/11/2011

Budget 2012 de la Sécurité sociale

Budget 2012 de la Sécurité sociale : à l’image des 10 ans d’échecs pour la santé des gouvernements UMP

martine-billard.png

 

Intervention de Martine Billard à l'Assemblée nationale sur le Budget 2012 de la Sécurité sociale

Vous nous demandez de voter un budget insincère basé sur une croissance de 1,75% alors qu'elle sera au mieux de 1%. Il manque au moins 1 milliards d'euros en recettes.

S'il fallait résumer votre politique, ce sont dix ans d'échecs pour la santé de la population et sans véritable résultat sur le plan financier. Vous avez asséché les recettes de la sécurité sociale comme celles du budget de l'État. Vous avez détricoté méthodiquement notre système de santé alors qu'il est un des éléments forts de la cohésion du pays.

Lire la suite

19:24 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09/08/2011

Allocataires sociaux : Mariani l’a voulu, Bertrand le fait (LFH)

L’Humanité le 08/08/2011

La Ligue des droits de l’Homme condamne fermement le projet annoncé par Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Santé, de la création d'« un fichier unique des allocataires sociaux avant la fin de l'année », création destinée, selon le ministre, à « renforcer la lutte contre des fraudes sociales ». Cette annonce vise à donner, une fois encore, des gages à la droite populaire, qui en avait fait un de ses thèmes favoris, et au-delà à l’électorat du Front national.

Sous couvert de lutte contre les fraudes, la mesure vise à stigmatiser les plus démunis et les plus faibles comme autant de fraudeurs potentiels, tout en renforçant les instruments d’un contrôle social sans grand rapport avec l’idée de justice sociale, de justice tout court.

Elle s’inscrit enfin dans une dynamique de multiplication de fichiers et dans une logique de leur interconnexion, lourde de périls pour les droits et les libertés tant individuels que collectifs.

07:51 Publié dans ACQUIS SOCIAUX, PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

07/07/2011

Nous voilà prévenus

ump_bandeau.jpg

Maintes fois repoussée, la convention de l’UMP sur « la refondation de la démocratie sociale » s’est finalement tenue mardi dernier. Elle fixe au futur candidat de l’UMP à la présidentielle un objectif tellement provocant qu’il fait peur à une partie de la droite elle-même.

Novelli, l’organisateur de cette convention, veut remettre en cause l’existence même d’une durée légale du travail, un principe qui fut le premier combat du mouvement ouvrier. Pour cela, il recourt à une méthode bien rodée. Il s’agirait de substituer à la loi, taxée d’être uniforme et autoritaire, le résultat de la négociation sociale branche par branche et entreprise par entreprise. Cette vieille revendication du MEDEF conduirait à soumettre à des rapports de force variables selon les entreprises mais globalement favorables aux patrons une des principales normes qui relève aujourd’hui de l’ordre public social. Car la durée légale du travail est à la fois une protection essentielle de la santé et de la sécurité des salariés et une règle de bonne concurrence entre entreprises qui serait totalement faussée si celles-ci recouraient à des durées du travail différentes. Cette proposition constitue donc une véritable contre-révolution dans le droit social de notre pays.

Lire la suite

23:01 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02/02/2011

Allocations familiales : ils ont osé !

allocationsfamiliales.jpg

Le décret qui permet de suspendre ou de supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire entre en vigueur le lundi 31 janvier....

 

C'est à l'initiative d'Eric CIOTTI Président UMP du Conseil Général et Député des Alpes Maritimes mais aussi Président du parc du Mercantour et secrétaire national de l'UMP en charge des questions de sécurité que cette disposition indigne adoptée le 29 juin par l'Assemblée Nationale puis votée par le Sénat le 15 septembre a vu le jour.

 

Lire la suite

22:25 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

01/09/2010

Le gouvernement a-t-il peur que les jeunes s’en mêlent ?

GEDC1447.jpg

Le gouvernement s’intéresse sérieusement aux jeunes. Le 26août, il annonce qu’il fait machine arrière: les familles d’étudiants pourront continuer à cumuler aide personnalisée au logement (APL) et demi-part fiscale. Le ministre du Budget François Baroin avait annoncé, le 6juillet, que les familles devraient choisir entre l’une et l’autre, au risque de handicaper 650000 étudiants bénéficiaires de l’APL. Le président annonce donc qu’il révise sa copie et, simultanément, que les boursiers toucheront leur bourse durant 9,5 mois en 2010, au lieu de 9 mois. Une avancée sur laquelle aucun bénéficiaire ne peut se permettre de cracher, mais qui révèle le peu de considération à leur égard.

Lire la suite

13:26 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

06/07/2010

L'austérité à visage découvert

woerth_austrit.jpg

Après une séance de questions au gouvernement où le ministre du budget a osé parler d'équité, la présentation des orientations budgétaires pour 2011 montre un tout autre visage, celui de l'austérité et de la réduction des droits sociaux des plus modestes: personnes en situations de handicap, étudiants, chômeurs...

 

L'augmentation promise de l'AAH (allocation aux adultes handicapès) se fera en 6 ans au lieu de 5. Le cumul APL (aide personnalisée au logement)/demi-part fiscale pour enfant à charge disparaît et, en pleine période de crise économique, le nombre de contrats aidés va diminuer de 15%, alors que la part de la prise en charge par l'Etat va continuer à baisser.

Le gouvernement s'accroche désespérément aux avantages accordés à ses donateurs du Fouquet's et du Bristol.

 

Les orientations budgétaires se résument à : « pas touche au bouclier fiscal et aux exonérations d'impôts! ». Les pauvres se serreront un peu plus la ceinture. Il revient donc aux plus modestes de payer la crise due à l'enrichissement spéculatif de quelques uns!

 

Au moment où le bouclier fiscal a conduit l'Etat à verser un chèque de 30 millions d'euros à Liliane Bettencourt, première fortune de France, il y en a assez de cette injustice sociale !

23:46 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

04/05/2010

Woerth commence à annoncer la couleur

woerth-retraites.jpg

Lundi, 03 Mai 2010 18:10 Martine Billard

Une délégation du Parti de Gauche vient d'être reçue par le ministre du travail Eric Woerth sur le dossier des retraites. Cette rencontre de plus d'une heure a été utile. Elle a nous a permis de comprendre clairement les intentions gouvernementales sans attendre le document d'orientation promis pour le 15 mai prochain.
Désormais les principaux axes du projet gouvernemental nous sont connus.

Pour Eric Woerth, l'augmentation moyenne de l'espérance de vie oblige les salariés à travailler plus longtemps. En effet, il exclut toute augmentation des ressources correspondant aux besoins de financement des retraites. C'est là le cœur de son raisonnement. Certes le ministre s'est déclaré désormais prêt à envisager des rentrées nouvelles. Mais celles-ci ne sont visiblement pas suffisantes. Elles sont floues ou minimes : élargissement de l'assiette à d'autres revenus (finance, épargne) sans plus de précisions, contribution des revenus les plus élevés apparaissant surtout comme un affichage symbolique. Dès lors le ministre avance comme principale réponse au déficit des retraites un recul de l'âge légal de départ au-delà de 60 ans et un nouvel allongement de la durée de cotisation.

Eric Woerth laisse ouverte pour le moyen terme le passage aux « comptes notionnels » envisagé par le COR, alors même qu'il interdirait aux salariés de savoir quel sera le montant de leur pension au moment où ils partiront en retraite.

Le ministre promet également des mesures concernant la pénibilité. Sa vision rejoint celle du MEDEF. La pénibilité serait attachée à la personne et non au métier. Elle combinerait exposition à des « facteurs de risque » et examens médicaux personnalisés. On ne peut que souligner la complexité et l'injustice d'un tel système.

Face à notre argument sur le chômage élevé des seniors, le ministre parie que l'allongement de la durée de cotisation et le recul de l'âge de départ en retraite provoquerait un changement culturel dans les entreprises conduisant à conserver plus longtemps les salariés âgés. Pour le Parti de Gauche, cela méconnaît totalement les stratégies patronales à l'œuvre et la réalité de l'usure au travail.

Eric Woerth a clairement écarté l'hypothèse d'une décote supplémentaire liée à l'âge qui pénaliserait les salariés partant à 60 ans. Il reconnaît que cela multiplierait les petites pensions. Il préfère donc contraindre les salariés à travailler plus longtemps pour obtenir leurs droits.

Concernant le système de retraite des fonctionnaires, le ministre a indiqué qu'il étudiait la remise en cause de la règle des 6 mois. Mais il a précisé que dans cette hypothèse, il faudrait intégrer les primes dans le calcul des retraites. Cela pourrait coûter plus cher que le système actuel. Il a donc estimé que l'alignement souhaité par le gouvernement sur le privé devait plutôt concerner le taux de cotisation des fonctionnaires. Concrètement cela représenterait un prélèvement supplémentaire de 3de plus sur les traitements des fonctionnaires pour un gain de plus de 10 milliards d'euros pour l'Etat. Comme en Grèce, les fonctionnaires seraient donc saignés.

Le ministre a écarté toute suppression globale des exonérations de cotisations sociales patronales. La Cour des Comptes indique pourtant que ces dispositifs extrêmement coûteux (30 milliards d'euros chaque année) se sont montré « inutiles » et « inefficaces ».

Enfin, malgré nos questions insistantes, le ministre n'a avancé aucune proposition pour faire face à la hausse actuelle du chômage qui est la principale cause de l'augmentation du déficit des retraites.
De cet entretien ressort cependant une bonne nouvelle, le ministre a déclaré écarter l'augmentation du taux de CSG des retraités.

Ne nous cachons pas la réalité, un bras de fer est engagé. Le droit à la retraite est menacé. Il s'agit pourtant d'un acquis social majeur des salariés. Mais c'est aussi plus encore un acquis de civilisation pour une société humainement avancée.

21:54 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

24/04/2010

Suspension des allocations familiales: une politique de haine de classe

allocations familiales.jpgLes "classes dangereuses" font un retour en force... dans le discours de la droite. Dos au mur politiquement, Nicolas Sarkozy ressort ses vieilles ficelles sécuritaires. Parmi elles, la suspension "systématique" des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire d'un enfant (plus de quatre demi-journées d'absence dans le mois). C'est dorénavant le Préfet qui aurait, aux termes d'un énième projet de loi sécuritaire, la maîtrise de cette mesure.

Dans un rapport d'octobre 2007 sur la pauvreté en France, l'INSEE indiquait que "dans le Nord, les Bouches-du-Rhône et la Seine-Saint-Denis, les familles nombreuses sont particulièrement touchées, ce qui entraîne une pauvreté plus fréquente des enfants". Par ailleurs, les statistiques indiquent que huit millions de Français dont deux millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté (908 euros par mois pour une personne seule).

Toujours selon l'INSEE, sur l'ensemble du territoire français, 17,9% des enfants de moins de 18 ans vivent sous le seuil de pauvreté contre 13,4% pour l'ensemble de la population.

Dans le département même de Seine-Saint-Denis où le Président de la République a fait hier son show sécuritaire, 17% des habitants résident dans un foyer vivant en-dessous du seuil de pauvreté (contre 10% en moyenne dans les autres départements d'Ile-de-France). 55% de la population y sont allocataires d'au moins une prestation sociale. Pour eux évidemment, la suspension des allocations familiales menace leur survie même.

C'est donc à une véritable guerre aux pauvres que se livre celui qui devrait être le garant de l'intérêt général.

En outre, la suppression des allocations à toute une famille suite à l'absentéisme d'un seul enfant réintroduirait une punition collective à l'échelle d'une famille, notion disparue depuis la Révolution Française, avec des conséquences néfastes imprévisibles sur l'équilibre psychologique et éducatif déjà précaire de nombre de ces foyers. De l'art d'appuyer la tête sous l'eau à ceux qui suffoquent déjà...

En filigrane se dessine l'idée selon laquelle les parents des quartiers populaires seraient le plus souvent des mauvais parents, se fichant que leurs enfants réussissent, des parents "démissionnaires" (alors que ceux des quartiers des beaux quartiers sont, c'est bien connu, très "occupés"). Ce mépris social se meut en machine-à-claques pour les pauvres. C'est insupportable!

De nombreux détracteurs de la suspension des allocations familiales insistent sur le caractère "inefficace" de cette mesure, existant légalement depuis longtemps mais supprimée en 2004 et de nouveau en vigueur depuis 2006, jusqu'à présent confiée aux Présidents de conseils généraux (dont 40% sont à droite), rarement appliquée.

Le Parti de Gauche y voit une mesure profondément injuste à plusieurs titres, s'y opposera sans trêve et s'engage à y mettre fin dès qu'il accèdera aux responsabilités.

Hélène Franco et Martine Billard

 

02:44 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15/08/2009

Travail dominical:

 Force Ouvrière joue son joker

Force Ouvrière annonce avoir sollicité l'Organisation internationale du travail (OIT) pour vérifier la conformité de la loi avec les normes internationales.

Une démarche à laquelle le syndicat avait déjà eu recours en 2007 pour la suppression du contrat nouvelles embauches.

Lu dans LIBERATION : LIBERATION 14 08 2009.pdf

18:48 Publié dans ACQUIS SOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |